Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Déformation de sacristi, afin de ne pas blasphémer ouvertement.

Interjection Modifier

sapristi

  1. Pour marquer l’étonnement.
    • Sapristi !... Sapristi !... gémissait le pauvre homme qui ne cessait de chasser, avec sa main, quelque chose d'invisible et qui bourdonnait autour de lui, comme une mouche. Sapristi ! On ne dit pas ces choses-là à d'honnêtes gens ! — (Chantal Meyer-Plantureux, Un siècle de critique dramatique: de Francisque Sarcey à Bertrand Poirot-Delpech, Editions Complexe, 2003, p.44)
    • Sapristi! s'exclama Stiple comme mentionné au début de ce récit, au comble de son délire, à la fois fascinée et mortifiée par toute la décadence mentale qui était là à l'œuvre. — (Francis Thievicz, Suicide Club et autres curiosités, heresie.com, 2013, p.52)
    • Mais sapristi vous ne vous doutez donc pas du nombre de crimes qui vous sont reprochés ? — (Pierre Souvestre et Marcel Allain, Fantômas, La Guêpe rouge, 1912, Éditions Robert Laffont, Bouquins, tome 5, page 642)

NotesModifier

En apposition, cette locution est parfois utilisée comme intensitive :
  • [...] tu ne peux même pas me laisser dîner en paix. Il faut que tu me montres tout un tas de sapristi de planches en couleurs qui représentent soi-disant, d'après je ne sais quel imbécile, l'intérieur du corps humain. — (William Faulkner, Sartoris, trad. René-Noël Raimbault & Henri Delgove, éd. Gallimard, 1937, rééd. Folio, p. 299)

SynonymesModifier

→ voir sacrebleu#Synonymes

PrononciationModifier

TchèqueModifier

ÉtymologieModifier

Du français sapristi.

Interjection Modifier

sapristi \Prononciation ?\

  1. Sapristi.

SynonymesModifier

RéférencesModifier

  • Jiří Rejzek, Dictionnaire étymologique tchèque, Leda, Prague, 2001, pour l’étymologie