saupoudrer

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’ancien français sal, variante rare de sel, et poudrer.

Verbe Modifier

saupoudrer \so.pu.dʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Cuisine) Poudrer de sel.
    • Il sortit, et rentra quelques instants après avec un beefsteak cru, saupoudré de sel et de poivre à la mode africaine. — (Jules Verne, Cinq semaines en ballon, J. Hetzel et Cie, Paris, 1863)
    • L'eau de mer, solidifiée par la congélation, se libère du chlorure de sodium, mais conserve les sulfates ; les embruns peuvent la saupoudrer de sels, et un peu de saumure reste emprisonnée. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Saupoudrer de la viande.
  2. (Par extension) Poudrer avec une substance pulvérulente.
    • Il y avait aussi, comme hors-d’œuvre, des tranches rouges qu'on étendait sur du pain noir en le saupoudrant de poivre : c'était du saumon fumé. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, p.45)
    • Coupez les fruits et le gingembre en tranches très, très fines. Couvrez le tout du jus des deux citrons verts, saupoudrez de sucre et de sel, ajoutez les piments tranchés au préalable et la coriandre en feuilles. Mélangez bien, mettez au frigo deux heures durant et servez frais. — (Françoise Vergès, À vos mangues !, traduction de Dominique Malaquais, dans Politique africaine, 2005/4, n° 100, p. 319)
  3. (Figuré) Entremêler.
    • La grande croix d'argent scintillait au fond des ténèbres, saupoudrée de quelques points étincelants, comme la voie lactée de cette nuit de sépulchre. — (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831)
    • Une critique saupoudrée de quelques éloges, mêlée de quelques éloges.
    • Un écrit saupoudré d’érudition, où il y a une érudition superficielle.

VariantesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

HomophonesModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier