saut-de-loup

Voir aussi : saut de loup

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) De saut et loup.

Nom commun Modifier

 
Saut-de-loup (3) en acier

saut-de-loup \sod.lu\ masculin

  1. (Architecture) Ouverture placée au ras du sol, permettant à la lumière naturelle, d'éclairer un sous-sol.
    • Afin d'améliorer les conditions d'utilisation du sous-sol de la salle communale, un saut-de-loup a été creusé.
  2. (Architecture) Fossé que l’on fait au bout d’une allée, à l’extrémité d’un parc ou d’un jardin, pour en défendre l’entrée sans borner la vue.
    • Les sauts-de-loup étaient noirs de ronces. — (Émile Zola, La Faute de l'abbé Mouret, 1875)
    • A cette fin, on va abattre les murs d'enceinte, les remplacer par des ha-has ou sauts-de-loup, frontières dissimulées sous forme de fosses, et laisser la campagne environnante venir a soi, appartenir tout entière a l'heureux propriétaire. — (Cassilde Tournebize, Introduction à la réédition de Columella, or, The distressed Anchoret: A colloquial Tale de Richard Graves, Presses Universitaires du Mirail, 1989, p. XXIX)
    • Il arrivait au rond-point des Ha-Ha. C’était trois sauts-de-loup, trois fossés coupant les murs en demi-cercle qui fermaient le jardin du Trianon. Les ha-ha avaient été creusés face aux allées du Rond-d’Eau, du Réservoir et des Trois-Salons partant en éventail. L’idée était d’interdire le jardin du Trianon sans gâcher les immenses perspectives du parc. — (Bruno Guiblet, Se réveiller mort, Éditions Robert Laffont, 2011, page 113)
  3. (Architecture) Escalier double accès destiné au franchissement de murs ou tout autre obstacle de faible hauteur, dans un environnement d’installations techniques.

Variantes orthographiquesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier