FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Composé de se et de prévaloir.

Verbe Modifier

se prévaloir \sə pʁe.va.lwaʁ\ pronominal 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Tirer avantage, arguer.
    • Les Espagnols surtout s’en étaient prévalu, pour exciter des troubles auxquels le clergé ne fut pas étranger. — (Anonyme, Mexique.- Situation des partis, Revue des deux Mondes, 1829, tome 1)
    • Tout lecteur attentif aura retenu que le pardon des injures n’était pas, à cette époque, au nombre des mérites dont eût pu songer à se prévaloir Mlle de la Ferté. — (Pierre Benoit, Mademoiselle de la Ferté, Albin Michel, 1923, Cercle du Bibliophile, page 26.)
    • Dès la fin des années 1880, en effet, des « bandits » se prévalent de l’anarchisme pour opérer non des vols ou des cambriolages, mais des « reprises individuelles ». — (Gilles Ferragu, Histoire du terrorisme, sous la direction éditoriale d’Olivier Wieviorka, Éditions Perrin (EDI8), 2014)
    • Lorsque le locataire se marie en cours de bail, le conjoint qui n'a pas signé le contrat peut quand même se prévaloir du bail. Il faudra donc que le renon donné par les locataires soit signé par les deux époux et si l'un ne le fait pas, le bailleur pourra considérer que le congé est nul. — (Pierre Jammar, Guide du propriétaire bailleur et de ses conseillers, EdiPro, 2e éd., 2016)

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

TraductionsModifier