se rendre à l’évidence

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

→ voir évidence

Locution verbale Modifier

se rendre à l’évidence \sə ʁɑ̃.dʁ‿a l‿e.vi.dɑ̃s\ (se conjugue → voir la conjugaison de rendre)

  1. (Idiotisme) Reconnaître un fait que l’on se refusait à admettre.
    • Et il a fallu se rendre à l’évidence : rien ne parasitait les données, cette structure galactique était réelle. — (Pierre Barthélémy, Le passé turbulent de la Voie lactée, Le Monde. Mis en ligne le 23 septembre 2018)
    • La ridicule confiance de Manthoné, ou plutôt l’inconcevable aveuglement de ce ministre était porté a un tel point, qu’il refusait de se rendre à l’évidence. — (Arthus-Bertrand, L’Art de vérifier les dates depuis l’année 1770 jusqu’à nos jours, …, tome 1, 1821, page 617)
    • Ils durent bientôt se rendre à cette triste évidence que M. Raoul de Chagny avait complètement perdu la tête. — (Gaston Leroux, Le Fantôme de l'Opéra, 1910)
    • Mais à peine le Maréchal parvient-il sur les hauteurs de Vindey qu'il distingue une armée dans la plaine. On s'observe de part et d’autre. Il faut bien se rendre à l’évidence : des Prussiens sont en présence ! — (Marguerite Robert Mathieu, Dernières victoires 1814 : la Campagne de France aux alentours de Montmiral, Éditions A. et J. Picard & Cie, 1964, page 288)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier