se repentir

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du bas latin repoenitere, composé de re- et poenitere, altération du latin paenitere par l'influence de poena (« peine »). Voir pénitent, pénitence.

Verbe Modifier

se repentir \sə ʁə.pɑ̃.tiʁ\ pronominal 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. (Religion) Ressentir le regret d’une faute avec le désir de la réparer ou de n’y plus retomber.
    • Et je lui ai donné du temps, afin qu'elle se repentît de sa prostitution; mais elle ne s’est point repentie. Apocalypse 2:21, traduction Martin.
    • Repens-toi, ma fille, avoue tes sorcelleries, abandonne ta fausse religion ; embrasse ce saint emblème, et tu pourras encore être heureuse en ce monde et dans l’autre. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Mais j’ai accompli pour de justes causes des actes injustes, et de cela je me repens. — (Maurice Druon, Les Rois maudits, tome 2, « La Reine étranglée »)
    • Je rappelle qu’« il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de repentir ». (Évangile selon Luc.) — (Frédéric Beigbeder, 99 francs, Gallimard, 2000, collection Folio, page 33.)
  2. Regretter d’avoir fait ou de n’avoir pas fait une chose.
    • Hercule a la fougue d’Achille, mais bien plus de bonté. S'il a méfait, il se repent, répare. — (Jules Michelet, Bible de l'Humanité, Calmann-lévy, 1876, p.223)
    • Je me repentis fort, ainsi que vous devez penser, d’avoir épousé cette pastoure... — (Octave Mirbeau, Le colporteur,)
    • Venez à la messe, ne manquez pas mon prône surtout, j’ai quelque chose de très sérieux, de très intéressant, de très grave à vous apprendre ; venez, vous verrez que vous ne vous en repentirez pas. — (Louis Pergaud, Le Sermon difficile, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • [Napoléon] s'est souvent aussi repenti de n'avoir pas fait fusiller Fouché et Talleyrand. — (François-René de Chateaubriand, Mém., t. 2, 1848)
    • – Vous devez reconnaître votre privilège blanc ! Par la simple couleur de votre peau, vous participez au racisme systémique. Repentez-vous, devenez un allié des minorités ! — (Mathieu Bock-Côté, « La tentation raciste de Jeunesse, J’écoute », Le journal de Montréal, 12 novembre 2020)

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

De re- et du latin paenitere.

Verbe Modifier

se repentir \Prononciation ?\

  1. Se repentir.

VariantesModifier

  • se repantir (notamment dans les œuvres de Chrétien de Troyes)

Dérivés dans d’autres languesModifier

RéférencesModifier