Voir aussi : ségrayer

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

→ voir secretarius et segregarius => ancienne étymologie de secretus, « segretus ». Tiré du latin secretarius qui a donné segrearius avec se-, préfixe de séparation, comme dans segregatus.

Nom commun Modifier

segrayer \Prononciation ?\ masculin

  1. Garde-forestier, sergent, huissier; receveur du droit de segréage; officier des forêts.
    • François Boulomnieau, segrayer royal de la forêt de Belle Poulie
    • Segreagium caprarum, droit qui se paye au ségrayer pour avoir la permission de conduire les chèvres dans les bois.
  2. Conservateur des eaux.
    • Primitivement, l'officier qui en tint le siège fut le capitaine du château; plus tard, on confia cette charge à deux différents officiers, l'un appelé segrearius aquarum, segrayer ou conservateur des eaux, et l'autre, dominas nemorum, forestier. — (Victor Godard-Faultrier, P. Hawke L'Anjou et ses monuments)
  3. Seigneur propriétaire du bois recevant ce droit.
    • Le segrayer est le seigneur qui a droit pour une portion dans un bois commun , soit dans l'exploitation ou dans le prix de la vente. On entend aussi quelquefois par segrayer, celui qui fait la recette de ce droit pour le roi

Variantes orthographiquesModifier

TraductionsModifier

Moyen françaisModifier

Nom commun Modifier

segrayer \Prononciation ?\ masculin

  1. Garde-forestier, sergent, huissier ; receveur du droit de segréage ; officier des forêts.
    • […] des boys morts et abatuz pourront prendre et avoir par monstrée du segrayer sergent de ladicte forest, ou deffens d’icelle, jusques ad ce que icelluy deffens soit netoyé. — (Ordonnance du roi Louis XI, 1463)
  2. Seigneur propriétaire du bois recevant ce droit.

Variantes orthographiquesModifier

SynonymesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

RéférencesModifier