simplesse

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Dérivé de simple avec le suffixe -esse.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
simplesse simplesses
\sɛ̃.plɛs\

simplesse \sɛ̃.plɛs\ féminin

  1. (Vieilli) Simplicité naturelle ; ingénuité accompagnée de douceur et de facilité.
    • Joseph dont le caractère avait cette simplesse qui surabonde au début de la vie dans l’âme des artistes, élevé d’ailleurs dans une certaine admiration de son grand frère, loin de se choquer de la préférence de sa mère, la justifiait en partageant ce culte pour un brave qui avait porté les ordres de Napoléon dans deux batailles, pour un blessé de Waterloo. — (Honoré de Balzac, La Rabouilleuse, Furne, Paris,1843)
    • Vous me l'aviez donné ; je vous le rends très pur,
      Tout pétri de vertu, d'amour et de simplesse.
      C'est pourquoi, pardonnez, Terrible, à celui sur
      Le cœur de qui, Dieu fort, sévit cette faiblesse.
      — (Paul Verlaine, Lucien Létinois - I,)
    • Ainsi l’améthyste, miroir de l’humilité, de la simplesse presque enfantine, s’adapte dans la Bible à Zabulon qui était un être docile et sans orgueil et dans l’Evangile à Saint Matthias qui fut également un homme doux et naïf ; […]. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Conan, une fois de plus, avait raison : « dans son idée, on ne pouvait pas lui donner tort. » Mais son « idée » restait pour moi d’une simplesse monstrueuse !… — (Roger Vercel, Capitaine Conan, Albin Michel, 1934, collection Le Livre de Poche, page 230.)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier