Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Dérivé de souiller avec le suffixe -ure.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
souillure souillures
\su.jyʁ\

souillure \su.jyʁ\ féminin

  1. Tache, saleté sur quelque chose. — Note d’usage : Il ne s’emploie guère qu’au figuré.
    • On a toujours considéré comme une souillure, dans la manière de voir des hommes d’Église, le fait, légitime pourtant, - puisque Angélique s'était mariée, - de produire au monde un nouveau pécheur. — (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Angélique, 1854)
    • Les historiens d'aujourd'hui ont entrepris de faire croire que l'authenticité de la philosophie est marquée par un éloignement aussi grand que possible des souillures de l'homme vulgaire […]. — (Paul Nizan, Les chiens de garde, 1932)
    • Inquiet, blessé, avide, je me sentais pénétrer dans un monde que j’avais à peine soupçonné, un monde où la beauté et la souillure s’unissaient en des noces secrètes, honteuses, mais au regard desquelles tout ne semblait plus que jeux d’enfant. — (Marcel Arland, Terre natale, 1938, réédition Le Livre de Poche, page 104)
    • C’est une souillure à son honneur, à sa réputation.
    • La souillure de l’âme.
    • La souillure du péché.

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier