Étymologie

modifier
En ancien français sospeçon, du latin suspectio, via son accusatif suspectionem, de suspicere (« regarder de bas en haut », « suspecter », « soupçonner » → voir sub- et specio).
  • (1507) "Et tellement se contint que nul n'eut souspesson sur luy", Les neuf preux, page f354

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
soupçon soupçons
\sup.sɔ̃\

soupçon \sup.sɔ̃\ masculin

  1. Opinion ou croyance désavantageuse, accompagnée de doute.
    • Une fois entré dans la voie du soupçon, on ne s’arrête plus : aussi le landgrave, voulant, à quelque prix que ce fût, acquérir une certitude, étouffa-t-il ce sentiment généreux et instinctif qui fait que tout homme de cœur répugne à s’abaisser au métier d’espion ; […]. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Ses soupçons se portèrent sur l’eau, véhicule naturel des germes contagieux. — (Louis Pergaud, Un petit logement, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Rien dans ses agissements, ses relations, n'était douteux. Plusieurs heures durant, vingt limiers du Bureau Central avaient travaillé d'arrache-pied sur cette matière, cherchant la faille par où pourrait s'insinuer le soupçon. Pour aboutir à délivrer vingt certificats de bonne vie et mœurs... — (Léo Malet, Johnny Metal et le dé de jade, Paris : G. Ventillard, 1947 & Paris : Fleuve Noir, 1984, chap. 17)
    • Il fit peser les camions aux points de départ, d'arrivée, et en chemin. Cela n'éveilla pas les soupçons : on pèse les camions à des fins fiscales. — (Vladimir Volkoff, Le Berkeley à cinq heures, L’Âge d’Homme, 1993, p.23)
  2. Simple conjecture de croyances, intuition.
    • Ses soupçons s'avérèrent être exacts.
    • Ce n’est pas une certitude, ce n’est qu’un soupçon.
  3. Légère apparence, légère atteinte.
    • Un soupçon de fièvre.
  4. Très petite quantité d'une chose.
    • Un coin du canton dans la préfecture du Schwarzenbourg, le Guggisberg, était autrefois connu pour ses costumes originaux. Les femmes portaient un tout petit colletin, un soupçon de corsage carré placé sur la poitrine comme la bavette d’un tablier, et des jupes également réduites à des proportions modestes finissant au genou et même un peu plus haut. — (Albert Robida, Les Vieilles villes de Suisse, 1879)
    • Le campanile de la cathédrale Notre-Dame de l’Assomption de Pise, plus connu sous le nom de Tour penchée de Pise, a cessé de s’affaisser doucement, et s’est même redressé d’un soupçon. — (Le Monde avec AFP, La Tour penchée de Pise penche… un peu moins, Le Monde. Mis en ligne le 22 novembre 2018)
    • — C'est bon, tu as fini de faire des cochonneries avec ton crush numéro 1 ? rigola Lila au téléphone, sans un soupçon d'animosité, de jalousie ou de malveillance. — (T. Gephart, Couple improbable, tome 1 : Crush, traduit de l'anglais par Alma Tully, Éditions MxM Bookmark (Collection Infinity), 2019, chap. 13)

Synonymes

modifier

Dérivés

modifier

Apparentés étymologiques

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Voir aussi

modifier

Références

modifier

Étymologie

modifier
Du français.

Nom commun

modifier

soupçon \ˈsuːp.sɔ̃\ ou \ˈsuːp.sɒn\

  1. Très petite quantité.
    • A soupçon of mustard.
      Un petit peu de moutarde.

Prononciation

modifier
  • Sud de l'Angleterre (Royaume-Uni) : écouter « soupçon [Prononciation ?] »