Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1380) Féminin substantivé de souricier, lui-même de souris.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
souricière souricières
\su.ʁi.sjɛʁ\

souricière \su.ʁi.sjɛʁ\ féminin

  1. Piège pour prendre des souris.
  2. (Figuré) (Familier) Piège que l’on tend à ses adversaires, à ses ennemis, dans un endroit où on les attire, où l’on pense qu’ils ne peuvent manquer de venir se faire prendre.
    • Lorsque la troupe des pastoureaux entra dans Orléans, le jour de saint Barnabas, l’évêque de cette ville interdit à tous ses clercs d’assister à ses prédications ; car, disait-il, ce sont les souricières du diable. — (Jean-Charles-Léonard Simonde Sismondi, Histoire des Français, T. 5, 1836, p. 194)
    • À Rome, un diplomate anglais auquel un de ses collègues disait : « En somme, vous avez attiré l’Italie dans une souricière » répondait: « Non. Mais nous avons baissé la trappe. » — (Victor Margueritte, Avortement de la S.D.N., 1936)
    • — Mais j’ignorais que ce fût vous, monsieur Paul, qui avez arrêté Milo.
      — Dans le passage ! […] Il sert de souricière, ajouta Trique. Comme l’endroit est mal tenu, mal fréquenté, personne ne se méfie.
      — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • La veille de ce mercredi 12 juin, mon ami Maurice Andin, […], avait été arrêté à son domicile et la police y avait laissé un inspecteur. C’est lui qui m’ouvrit la porte lorsque je tombai dans la souricière. — (Henri Alleg, La Question, 1957)

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

Forme d’adjectif Modifier

souricière \su.ʁi.sjɛʁ\ féminin singulier

  1. Féminin singulier de souricier.

Nom commun Modifier

souricière \su.ʁi.sjɛʁ\ féminin singulier

  1. Féminin singulier de souricier.

RéférencesModifier