souscrire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin subscribere.

Verbe Modifier

souscrire \sus.kʁiʁ\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Écrire son nom au bas d’un acte pour l’approuver.
    • Souscrire un billet, une lettre de change.
    • J’ai trois cent mille livres de rente, dit Cinq-Mars. J’en aurai le double à la mort de mon père. Voulez-vous que je vous souscrive ces cent mille livres annuelles ? — (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, collection « Le Livre populaire » no 31, 1907)

souscrire intransitif

  1. S’engager à fournir une certaine somme pour quelque entreprise, pour quelque dépense, pour quelque œuvre de bienfaisance.
    • On a décidé d’ériger une statue à ce général ; j’ai souscrit pour mille francs.
  2. S’engager à prendre une certaine partie d’un emprunt public.
    • Dans le dernier emprunt, il souscrivit pour cinq cents francs de rente.
  3. (En particulier) En termes de librairie, s’engager à prendre, moyennant un prix convenu, un ou plusieurs exemplaires d’un livre, d’un ouvrage qui doit être publié.
    • J’ai souscrit à cette publication.
  4. (Figuré) Consentir ou approuver ce qu’un autre dit.
    • Non, me dit-il, si pour vous complaire je souscris à la nécessité d'une Guerre, il seroit fâcheux que vous ne souscrivissiez pas, pour avoir votre Guerre, à la nécessité d'une somme à laquelle vous ne sauriez trouver à redire. — (Mr. de Lambert, Mémoires pour servir à l'histoire du XVIIIe siècle, Amsterdam : chez Pierre Mortier, 1734, vol. 11, p. 648)
    • Ils souscrivirent d’emblée à la requête ancillaire, au grand dommage d’une table peu solide d’où ils chutèrent, sans que leur optimisme en fût pour autant affecté. — (Frédéric Dard (San-Antonio), Tout le plaisir est pour moi, Fleuve Noir, 1959, page 35)
    • Ils ont souscrit à cette proposition, à cet arrangement.

DérivésModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier