Français modifier

Étymologie modifier

Dérivé de station, avec le suffixe -er.

Verbe modifier

stationner \sta.sjɔ.ne\ intransitif ou transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Faire une station, s’arrêter dans un lieu.
    • Les charrettes, proportionnées au nombre présumé des condamnés, stationnaient à heure fixe dans les cours du Palais-de-Justice. Les insulteuses publiques entouraient les roues. — (Alphonse de Lamartine, Histoire des Girondins, livre 56e, Bruxelles : Société typographique & Francfort-sur-le-Main : Joseph Baer, 1851, 5e édition, vol.4, p.302)
    • Les tramways, omnibus et corricolos pour les environs d'Alger stationnent sur la place du Gouvernement. — (Louis Piesse, Algérie et Tunisie, Paris : Hachette & Cie (collection Guides-Joanne), 1888, page 28)
    • Cette banquise, qui couvrait plusieurs milliers de lieues carrées, stationna pendant quatre cents ans à la même place, suivant la tradition, et se rompit tout à coup en 1817; ce fut cette rupture qui détermina la fameuse expédition du capitaine Ross pour la découverte du passage du Nord-Ouest. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 73)
    • Il fut un peu surpris de voir, stationnant sur la grande route, un immense break, dont les chevaux avaient été dételés et emmenés. — (Fortuné du Boisgobey, Double-Blanc, tome 2, Paris : chez Plon & Nourrit, 1889, p. 177)
    • L'hôtel resplendissait et une très longue file d'équipages stationnait devant la porte où ses valets de pied indiquaient le vestiaire […]. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • Monsieur le sénateur, il vous arrive une histoire fâcheuse... Vous vous êtes permis quelques privautés sur la personne d'un petit marmiton qui stationnait dans une pissotière. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 184)
    • Les « hittistes », littéralement « adossés au mur » vont par grappes d’adolescents désœuvrés, agglutinés tout au long de l'année. Ils font partie du paysage humain des cités d'aujourd'hui et stationnent en des lieux de passage stratégique leur permettant de se tenir informés de toute la vie du quartier. — (Djamila Saadi-Mokrane, « Petit lexique du dragueur algérois », dans La virilité en islam, sous la direction de Nadia Tazi & Fethi Benslama, Éditions de l'Aube & Intersignes, 1998, réédition de poche : Éditions de l'Aube, 2004, page 261)
    • Je stationne ma voiture à côté de la ligne que forment les Harley rangées les unes à côté des autres, puis j'entre dans le bar. — (Émilie Achin, Harley Club, tome 2 : Vérités et trahisons, Brebières : Plumes de Mimi éditions, 2019, chap. 14)
    • Ne pas stationner, ne rien déposer qui puisse gêner l'accès  : Panneau dans un train qui indique de ne pas rester juste devant la porte du conducteur.
  2. (Militaire) Camper, établir son camp.
    • Ce régiment est stationné en Corse

Dérivés modifier

Synonymes modifier

Traductions modifier

Prononciation modifier

Anagrammes modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Références modifier