stupéfier

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin stupefieri (« être frappé d'étonnement, être stupéfié, être étonné ») composé de fieri et de la racine du verbe stupere (« être engourdi ») dont sont issus les mots stupeur, stupide, etc.

Verbe Modifier

stupéfier \sty.pe.fje\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Engourdir, diminuer ou suspendre le sentiment et le mouvement.
    • À laisser glisser tant de fois mes yeux dans une espèce de conviction totale au long de ce fil rouge, comme un oiseau que stupéfie une ligne tracée devant lui sur le sol, il avait fini par s’imprégner pour moi d’un caractère de réalité bizarre. — (Julien Gracq, Le Rivage des Syrtes, José Corti, 1951)
  2. (Figuré) Causer une grande surprise.
    • Cette infiltration de la police partout où nous étions allé me stupéfiait. Ainsi, je n'en pouvais douter, elle avait ses secrets aboutissant jusqu'en cette basse-pègre cependant si cauteleuse. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Cette nouvelle l’a stupéfié. — Ce discours stupéfia toute l’assistance.
    • Je lui présentais en même temps son chapeau et sa canne. Il était stupéfié. — (Henry Murger, Les Buveurs d’eau, 1855)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

\sty.pe.fje\

RéférencesModifier