subissement

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) Dérivé de subir avec le suffixe -ment.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
subissement subissements
\sy.bis.mɑ̃\

subissement \sy.bis.mɑ̃\ masculin

  1. Fait de subir.
    • « Les principes « pas d’effet sans cause », « chaque effet est une nouvelle cause » apparaissent comme des généralisations de principes au sens plus restreint : « où l’on a agi, on a voulu », « on ne peut agir que sur des êtres voulant », « il n’y a pas de subissement, pur et sans effet, d’une cause ; tout subissement est une excitation de la volonté. » — (Nietzsche, Le Gai savoir, § 127, Traduction de Henri Albert.)
    • Si des étrangers sont punis de l’expulsion judiciaire exécutoire après subissement de la peine privative de liberté, il ne reste pas de place pour la libération conditionnelle avec patronage; […]. — (Actes du Congrès pénitentiaire international de Londres, 1925, Commission internationale pénale et pénitentiaire, Berne, 1927)
    • Au cours d'une émission radiophonique en 1980, Duras universalise cette vue :
      Il y a une gloire du subissement chez la femme, mais que beaucoup de femmes nient. C'est le règne du subissement […].
      — (Christiane Blot-Lagardère, De Césarée à « Roma », Marguerite Duras dans les forêts de Racine, dans Les lectures de Marguerite Duras, sous la direction de Alexandra Saemmer & Stéphane Patrice, Presses universitaires de Lyon, 2005, page 20)

TraductionsModifier

RéférencesModifier