succession en Z

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Composé de succession et de Z, celui-ci signifiant la forme des successions sur l’arbre généalogique qui combine des successions horizontales (parmi les frères) et oblique (de l’oncle au neveu).

Locution nominale Modifier

Singulier Pluriel
succession en Z successions en Z
\syk.se.sjɔ̃ ɑ̃ zɛd\

succession en Z \syk.se.sjɔ̃ ɑ̃ zɛd\ féminin

  1. (Anthropologie, Histoire) Système de successions dans lequel les frères succèdent les uns aux autres et puis l’aîné de la génération suivante leur succède, trouvé dans l’Égypte antique, dans la dynastie Shang de la Chine, dans le Japon ancien et en Afrique subsaharienne d’aujourd’hui.
    • Au sein du groupe qui détient le monopole de la chefferie de village, celle-ci se transmet selon la règle de primogéniture, c’est-à-dire selon le mode de succession en Z avec épuisement de chaque génération. Seul le très jeune âge de certains membres d’une génération autorise le passage à la génération suivante. — (Maximin Samaké, Kafo et pouvoir lignager chez les Banmana. L’hégémonie gonkòròbi dans le Cendugu, dans Cahiers d’études africaines, vol. 28, nos 111-112, p. 331-354, 1988)
    • Mais la méthode de calcul des générations n’est pas applicable partout. Pour la chefferie voisine de Kayaro par exemple, la succession ne se fait pas toujours de père en fils. C’est une succession en Z qui met en présence plusieurs générations à la fois. Dans ce cas, la durée moyenne de règne est beaucoup plus appropriée. — (Moustapha Gomgnimbou, La tradition orale : source de l’histoire africaine, 2006)