Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) → voir suer, sang et eau. L’eau dont il s’agit est la sueur.

Locution verbale Modifier

suer sang et eau \sɥe sɑ̃ e o\ ou \sɥe sɑ̃.ke o\ (se conjugue → voir la conjugaison de suer)

  1. (Figuré) Se donner beaucoup de mal, de peine ; faire de gros efforts.
    • Le rédacteur du Libertaire a sué sang et eau ; il a le cerveau comme les bras courbaturé. — (Joseph Déjacque, « Le Pourquoi » dans Le Libertaire, 17 août 1860)
    • Ce qui m’a répugné, c’est de suer sang et eau pour l’aumône d’un salaire, c’est de créer des richesses dont j’aurais été frustré. — (Marius Jacob, Pourquoi j’ai cambriolé, 1905)
    • Tu me coûtes assez gros. Il faut que je sue sang et eau pour vous nourrir. — (Marcel Arland, Terre natale, 1938, réédition Le Livre de Poche, page 84)
    • J’avais sué sang et eau pour essayer de pénétrer l’étrange et trop subtile et trop paradoxale pensée de l’évêque irlandais. — (Daniel Guérin, Un jeune homme excentrique, Julliard, 1965, p. 123)

SynonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier