surnommer

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Composé de sur-, nommer et surnom.

Verbe Modifier

surnommer transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Ajouter une épithète au nom d’une personne, pour marquer quelqu’une de ses actions ou de ses qualités bonnes ou mauvaises, pour la désigner par quelque particularité.
    • Il était prénommé Victor, mais comme il est coutume de donner aux plus jeunes des sobriquets d’amitié et qu’il était retors et rusé comme un renard, on l’avait surnommé le Tors. — (Louis Pergaud, Une revanche, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Que les réacteurs qui avaient voué une haine particulière à celui que, […], ils avaient insolemment surnommé « le foutriquet », n'aient eu de cesse qu'ils ne l'aient abattu, cela se conçoit. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942, p.27)
    • Et le maréchal-ferrant Knabe, un Alsacien immigré après le traité de Francfort, on le surnomme le Prusco. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier