Étymologie

modifier
(XVIIe siècle)[1] Dérivé de sympathie, avec le suffixe -ique.

Adjectif

modifier
Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
sympathique sympathiques
\sɛ̃.pa.tik\

sympathique \sɛ̃.pa.tik\ masculin et féminin identiques

  1. Relatif à la sympathie.
    • Deux sortes de personnes contractent nécessairement beaucoup d’insensibilité : les chirurgiens, les prêtres. A voir toujours souffrir et mourir, on meurt peu à peu soi-même dans les facultés sympathiques. — (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e édition, Hachette & Paulin, 1845, Préface de la 3e édition, page XVIII)
  2. Qui inspire la sympathie.
    • Homme intelligent et sympathique, d’un commerce agréable, musulman convaincu mais tolérant, c’est un des rares Marocains qui ont tiré un profit réel de leur séjour en Europe. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 96)
    • Il est difficile de trouver population plus sympathique ; la race est belle, forte, honnête, travailleuse et hospitalière ; son courage est proverbial. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • C’est dans l’ancienne épicerie bar-tabac du petit village de Lindry que se tient ce sympathique restaurant. — (Petit Futé Bourgogne 2014, page 532)
    • Hier, la sympathique Annie, habitant Bernos-Beaulac, a porté 200 crèmes au chocolat. — (journal Sud-Ouest, édition Charente-Maritime / Charente, 13 août 2022, page 3)
  3. Qui agit indirectement.
    • Le principe du rite est, en effet, que les hommes doivent se gorger de cette liqueur pour que la terre, par l’effet sympathique de ce symbolisme, soit imbibée de pluie bienfaisante. — (Jean Cazeneuve, Les hasards d’une vie : des primitifs aux téléspectateurs, Éditions Buchet/Chastel, 1989, chapitre 9)
    • Le progrès apparaît au contraire dans la magie sympathique et dans la magie naturelle, mère de la science. La magie sympathique suppose un lien entre le rite, le symbole, l’objet employé et le résultat cherché. — (Joseph Maxwell, La magie, Éditions E. Flammarion, 1922, page 240)
  4. (Spécialement) Qualifie une encre sans couleur qui apparaît lorsqu’on présente le papier à la chaleur ou qu’on y applique quelque agent chimique.
    • Nous citerons les solutions aqueuses étendues de chlorure de cobalt, d’acétate ou de nitrate de cobalt, mêlées de 1/4 de sel marin; elles donnent une encre sympathique avec laquelle l'écriture, invisible sur le papier, apparaît en bleu par une légère application de la chaleur, puis disparaît ensuite par degrés, à mesure que le chlorure de cobalt reprend de l'eau, et reparaît de nouveau par la chaleur. — (« Faux en écriture publique et privée », dans le Dictionnaire des altérations et falsifications des substances alimentaires, médicamenteuses et commerciales, par Alphonse Chevallier, 2e édition, tome 1, Paris : chez Béchet jeune, 1854, page 419)
  5. (Biologie, Médecine) Relatif à la partie du système nerveux autonome responsable du contrôle d’un grand nombre d’activités inconscientes de l’organisme, telles que le rythme cardiaque, la contraction des muscles lisses, etc.
    • Le neurotransmetteur endogène du système sympathique est la noradrénaline et celui du système parasympathique est l’acétylcholine. — (A. Durand, « Traitement médical de l’incontinence urinaire », dans Pelvi-périnéologie, dirigé par Bernard Blanc et ‎Laurent Siproudhis, Springer Verlag, 2005, page 117)
  6. (Musique) Qualifie une corde qui, sur un instrument, résonne sans avoir été jouée, par sympathie avec la corde qui l’a été.
    • Le morceau de papier qui est tombé est celui qui était placé sur la corde ajustée à 440 Hz et n’a pas pu résister à la vibration qui l’a soudainement animé car la corde sur laquelle il était en équilibre, s’est mise à vibrer en résonance sympathique ou en cohérence, avec la fréquence du diapason. — (Alchymed, La loi d’harmonie ou principe de résonance, alchymed.com, 25 mars 2008)
    • Chaque fois que l’instrumentiste jouait une note qui coïncidait avec la fréquence d’une des cordes sympathiques situées en dessous, cette corde entrait en vibration et produisait en réponse son propre son fantomatique. — (Linda Kohanov, Le Tao du cheval, traduction de Ronan Denniel, Le Courrier du Livre, 2014)

Synonymes

modifier

Antonymes

modifier

Dérivés

modifier

Traductions

modifier

Hyperonymes

modifier

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
sympathique sympathiques
\sɛ̃.pa.tik\

sympathique \sɛ̃.pa.tik\ masculin

  1. (Anatomie) Système nerveux ganglionnaire, distinct du système cérébromédullaire.
    • E.-H. Weber a fait remarquer que le nerf vague se trouve en réciprocité d'action avec le grand sympathique. Ce dernier est fort peu développé chez les serpents, […]. — (Johannes Peter Müller, Manuel de physiologie, traduit de l'allemand & annoté par Antoine Jacques Louis Jourdan, tome 1, section 4, chap. 2 : Des propriétés des nerfs non sensoriels, Paris : chez J.-B. Baillière, 1845, p. 678)
    • En effet, le grand sympathique, disséminé sur différents points du corps, sous forme de nœuds inextricables et de filaments variés par lesquels il s'unit avec le système nerveux proprement dit, doit être envisagé comme le point de ralliement de tous les organes de l'économie. — (Jan Matuszyński, De l’influence du nerf sympathique sur les fonctions des sens, thèse soutenue à la Faculté de médecine de Paris, le 16 aout 1837, Paris : chez Rignoux & Cie, 1837, page 6)

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Paronymes

modifier

Voir aussi

modifier

Références

modifier