Étymologie

modifier
Du latin theca (« étui, fourreau »), issu du grec ancien θήκη, thếkê (« boîte, coffre, caisse où l’on dépose quelque chose »).
(Vers 1140) teie.

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
taie taies
\tɛ\
 
Une taie d'oreiller à carreaux. (1)

taie \tɛ\ féminin

  1. Linge en forme de sac, qui sert d’enveloppe à un oreiller.
    • Les draps et les taies d’oreiller étaient de la plus belle toile et bordés d’une large dentelle. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Dans la chambre, rien n’avait bougé. Seul, le désordre du lit pouvait sembler quelque peu insolite ; aussi Joseph prit-il soin de tirer les draps et les couvertures et secoua l’oreiller dans sa taie afin de rendre à tout son aspect normal. — (Julien Green, Moïra, 1950, réédition Le Livre de Poche, page 223)
    • Enfin elle se retrouva en position assise, un peu avachie, adossée à la tête de lit, les bras écartés en l’air, les reins calés contre l’oreiller trempé de sueur dans sa taie de coton froissée. — (Stephen King, Jessie, Albin Michel, 1993, traduction d’Isabelle Perrin)
  2. (Médecine) Tache blanche et opaque qui se forme quelquefois sur la cornée de l’œil à la suite d’une blessure ou d’une inflammation.
    • Il lui est venu une taie à l’œil.
    • Il a une taie sur l’œil, sur la cornée.
    • Ses yeux eussent paru beaux si le droit n’avait pas été marqué d’une taie. — (Guy de Maupassant, La maison Tellier, 1881, réédition Le Livre de Poche, pages 13-14)
    • Vous ne voulez pas me croire, vous avez une taie sur les yeux. — (George Sand, Jeanne, 1844)
    • Or, un jour de chaleur accablante, Ninon, étendue sur la mousse, regardait son Cupidon avec ces yeux quasi stupides qui ne nous déplaisent pas toujours chez les femmes. C’est comme une taie légère que Dieu dépose, en passant dans l’air chaud, et en disant : « Regard ! participe à la sublime imbécillité de la terre… ! » — (René Boylesve, La leçon d’amour dans un parc, Calmann-Lévy, 1920, réédition Le Livre de Poche, page 22)
    • Depuis quelque temps, je porte sur l’œil droit la taie qui me rendra borgne et louche mais rien n’y paraît encore. — (Jean-Paul Sartre, Les Mots, I, 1964)
    1. (Sens figuré) Tache blanche.
      • Soudain, une partie du marais s’estompa, ne fut plus si verte. Une sorte de taie blanchâtre, d’abord transparente, puis de plus en plus opaque, semblait s’étendre à sa surface. Le brouillard naissait. — (Pierre Benoit, Mademoiselle de la Ferté, Albin Michel, 1923, réédition Cercle du Bibliophile, page 61)
      • Un énorme soleil rouge descendait avec lenteur derrière une taie de buées blanchâtres. Il était sur le point de rejoindre, à l’horizon, la ligne incertaine de la forêt. — (Pierre Benoit, Monsieur de la Ferté, Albin Michel, 1934, réédition Cercle du Bibliophile, page 354)
  3. (Par extension) Écran de papier placé sur une ouverture privée de vitres, afin de servir notamment de protection contre le froid.
    • Les bâtiments croulaient à demi, des vestibules béants s’ouvraient comme des trous de cave, des taies de papier bariolaient les vitres crasseuses, des loques pendaient infâmes, telles que des drapeaux de mort. — (Émile Zola, Paris, 1897)

Synonymes

modifier

tache sur la cornée

Dérivés

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Homophones

modifier

Paronymes

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Références

modifier

Étymologie

modifier
Du bas latin thia (« tante ») → voir tía en espagnol, tia en catalan.

Nom commun

modifier

taie \Prononciation ?\ féminin (pour un homme, on dit : taion)

  1. Grand-tante, grand-mère.

Variantes

modifier

Références

modifier