FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Dérivé de tailler avec le suffixe -eur. (1188) tailleor.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
tailleur tailleurs
\tɑ.jœʁ\
ou \ta.jœʁ\
 
Un tailleur. (1.a)

tailleur \tɑ.jœʁ\ ou \ta.jœʁ\ masculin (pour une femme on dit : tailleuse)

  1. Celui qui taille.
    • Parmi les tailleurs de pierre qui sculptaient les images des cathédrales, il y avait des hommes d’un talent supérieur, qui semblent être demeurés toujours confondus dans la masse des compagnons ; ils ne produisaient pas moins des chefs-d’œuvre. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chap. VII, La Morale des producteurs, 1908, p. 360)
  2. (Absolument) Celui qui taille des habits, qui fait des vêtements.
    • À droite et à gauche s’étendent toutes sortes de cultures tigrées et zébrées qui ressemblent parfaitement à ces cartes de tailleurs où sont collés les échantillons de pantalons et de gilets. Ces perspectives font les délices des agronomes, des propriétaires et autres bourgeois, mais offrent une maigre pâture au voyageur enthousiaste et descriptif qui, la lorgnette en main, s’en va prendre le signalement de l’univers. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • […] , je rencontrais de bons bourgeois exactement habillés comme tous les bourgeois, sauf que la coupe de leurs vêtements donnait une assez pauvre idée du savoir-faire du seul et unique tailleur de l'Islande; aussi les dandies de l'endroit se font-ils habiller par les tailleurs et coiffer par les chapeliers de Copenhague. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 50)
    • À la suite de mon élection je reçus nombre de lettres de tailleurs, des grands comme Lanvin et des moins grands, me proposant de tailler à mes mesures l’habit vert qui convenait à mon nouvel état. — (Anatole Abragam, De la physique avant toute chose, Éditions Odile Jacob, 1987 & 2000)
    • Si je ne voulais pas accepter ce métier, disait mon père, il me ferait apprendre le métier de tailleur, pas de tailleur de village, mais de tailleur élégant. — (Teodor Božin, De l’aiguille du tailleur au scalpel du chirurgien, 2002, page 17)
  3. (Habillement) Costume féminin ajusté et composé d’une jaquette et d’une jupe de même étoffe.
    • Soi-disant c'était la ministre des Jeunes et du Sport (Michèle Alliot-Marie). Tu aurais vu la yeuve(vieille), elle était habillée en tailleur et en talons aiguilles. Tu avais dix keums pour surveiller son keuss (sac). — (Jean-Michel Décugis & ‎Aziz Zemouri, Paroles de banlieues, Plon, 1995)
    • À gauche de l’enquêteur, assise à sa place habituelle derrière son bureau, se trouvait la patronne, vêtue, elle aussi, d’un tailleur élégant et sobre. — (Guy Lavigne, L’Obsession de Jérôme Delisle, 2005, page 15)
    • Le 22 novembre 1963, Jackie Kennedy porte son ensemble rose devenu culte. […]. Un tailleur jupe en laine rose gansé de noir, assorti joli­ment avec son chapeau tambou­rin, sorte de bibi aux bords rigides qu’elle a large­ment démo­cra­tisé. — (Pauline Gallard, Fashion flash-back – Jackie Kennedy, sur le site de Gala (www.gala.fr), vendredi 22 novembre 2013)

SynonymesModifier

Costume (3) :

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • tailleur sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

ItalienModifier

 

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

tailleur \Prononciation ?\ masculin

  1. Tailleur (vêtement féminin).

NéerlandaisModifier

ÉtymologieModifier

Du français tailleur.

Nom commun Modifier

tailleur \Prononciation ?\ masculin (pour une femme on dit : tailleuse)

  1. Tailleur (celui qui taille).

SynonymesModifier

Taux de reconnaissanceModifier

En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 77,4 % des Flamands,
  • 79,2 % des Néerlandais.

PrononciationModifier

RéférencesModifier

  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]