Voir aussi : Taquin

Étymologie

modifier
(1411)[1] De l’ancien français taquehan (« assemblée illicite d'ouvriers, émeutier »)[1][2] puis tacain (« gueux, bandit ») et enfin taquin (« avare »).
  1. Littré[3] explique « Le radical paraît être tac (« clou, ce qui attache ») ; le taquin étant tenace de ce qu'il possède » et l’apparente à tacaño (« avare ») en espagnol, taccagno (« avare ») en italien, poursuivant : « Une autre étymologie, séparant taquin de taccagno, dit que le taquin, avare, a été nommé ainsi à cause de l'avarice d'un officier de la bouche chez Louis XI, nommé Taquin ».
  2. L’ancien français est issu[1] du moyen néerlandais *takehan composé de taken (« prendre, agripper ») et de Han (« Jean »).

Adjectif

modifier
Singulier Pluriel
Masculin taquin
\ta.kɛ̃\
taquins
\ta.kɛ̃\
Féminin taquine
\ta.kin\
taquines
\ta.kin\

taquin \ta.kɛ̃\

  1. (Désuet) Avare.
    • Courtenvaux était avare et taquin, et, quoique modeste et respectueux, fort colère. — (Saint-Simon)
  2. Qui prend un malin plaisir à contrarier ou à chicaner.
    • Cet enfant est taquin.
    • Il a l’humeur taquine.
    • Un grand homme sec et mince, le visage en lame de couteau, le teint pâle, à parole brève, taquin comme une vieille fille, méticuleux comme un chef de bureau. — (Honoré de Balzac, La Peau de chagrin, 1831)
    • Il la pressa de répondre pendant qu’ils étaient seuls ; elle répliqua, un peu taquine, qu’il était tard, qu’elle n’attendait plus de visites, et qu’il n’y avait que son mari qui pût entrer maintenant. — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 21)
    • il nous exposa longuement toutes les misères du soldat, les dégoûts de la caserne, les exigences taquines de l’étiquette, toutes les cruautés de l’habit, l’arrogance brutale des sergents, l’humiliation des obéissances aveugles, l’assassinat permanent de l’instinct et de la volonté sous la masse du devoir. — (Gustave Flaubert et Maxime Du Camp, Par les champs et les grèves (Voyage en Bretagne), 1886, Le Livre de poche, page 46, 2012)
  3. Relatif à Mesmay, commune située dans le département du Doubs.

Dérivés

modifier

Traductions

modifier

Nom commun 1

modifier
Singulier Pluriel
taquin taquins
\ta.kɛ̃\

taquin \ta.kɛ̃\ masculin (pour une femme, on dit : taquine)

  1. Personne qui chamaille, plaisantin.
    • Petit taquin.
    • Laissez là ce taquin.

Traductions

modifier

Nom commun 2

modifier
Singulier Pluriel
taquin taquins
\ta.kɛ̃\
 

taquin \ta.kɛ̃\ masculin

  1. (Jeux) Jeu de taquin.
    • On peut également donner au taquin la forme suivante : a b с d e f ho h р O n m 1 k j i Supposons que o désigne la case vide. — (C. Henry, Encore le taquin, in Gazette anecdotique, littéraire, artistique et bibliographique du 15/07/1880)

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Voir aussi

modifier
  • taquin sur l’encyclopédie Wikipédia  

Références

modifier
  1. a b et c « taquin », dans TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé, 1971–1994 → consulter cet ouvrage
  2. Frédéric GodefroyDictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, édition de F. Vieweg, Paris, 1881–1902 → consulter cet ouvrage (caquehan)
  3. « taquin », dans Émile LittréDictionnaire de la langue française, 1872–1877 → consulter cet ouvrage

Étymologie

modifier
Voir taquin ci-dessus pour des explications détaillées.

Nom commun

modifier

taquin \Prononciation ?\ masculin

  1. Avare.
    • Icelui Pierre appela le suppliant arlot taquin… qui veut autant dire… truand, bastard. — (Lettres de remission, 1411)
      La traduction en français de l’exemple manque. (Ajouter)
    • Les courtisans estimoient Louis XII un taquin, pour estre plus retenu en ses dons. — (Pasquier)
      La traduction en français de l’exemple manque. (Ajouter)
    • Nous disons avare ou avaricieux, eschars, taquin. — (H. Estienne, Précellence)
      La traduction en français de l’exemple manque. (Ajouter)

Dérivés dans d’autres langues

modifier

Références

modifier