FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) Du latin tinctura qui donne l’ancien français tainture.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
teinture teintures
\tɛ̃.tyʁ\

teinture \tɛ̃.tyʁ\ féminin

  1. Liquide préparé pour teindre.
    • À Arles, l’archevêque, qui avait le monopole de l’exploitation de la graine d’écarlate, avec laquelle on fabriquait la teinture rouge, ne traitait, pour la vente de ses récoltes, qu’avec les juifs. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • "La magnifique teinte violette, le fait qu'elle ne décolore pas et la difficulté à produire ce colorant, que l'on trouve en minuscules quantités dans le corps de petits mollusques", ont fait de la pourpre royale une teinture prestigieuse qui "coûtait souvent plus cher que l'or", souligne-t-elle. — (AFP, Israël : première découverte de tissus pourpres vieux de 3000 ans, radio-canada.ca, 30 janvier 2021)
  2. Couleur que ce liquide laisse sur les étoffes et sur les autres choses que l’on teint.
    • Du drap d’une belle teinture, d’une bonne teinture. - Ce drap a bien pris la teinture.
  3. Action, art de teindre.
    • Envoyer à la teinture. La teinture est un art fort ancien. - La teinture demande beaucoup de soin.
  4. (Chimie, Pharmacologie) Dissolution d’une substance dans l’alcool, dans l’éther, etc.
    • Teinture de tournesol. - Teinture d’iode.
  5. (Figuré) Connaissance superficielle dans quelque science, dans quelque art.

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • teinture sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier