tergiverser

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) Du latin tergiversari (« tourner le dos »).

Verbe Modifier

tergiverser \tɛʁ.ʒi.vɛʁ.se\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Prendre des détours, des faux-fuyants pour éloigner ou pour éluder la conclusion d’une affaire, la décision d’une question, pour ne pas faire une réponse positive, etc.
    • La Grande-Bretagne prise, semblait-il, d’un accès de lésinerie, tergiversait et discutait avec l’impérial Butteridge pour l’acquisition de son secret. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 127 de l’édition de 1921)
    • Mais cette puissance crut devoir faire des objections ; elle discuta ; elle tergiversa ; tant et si bien que, le 2 août 1914, survint la guerre. — (Wladimir d’Ormesson, La Question de Tanger, dans La Revue de Paris, 1922)
    • Mais que dit, ou plutôt que fait l’Union européenne ? Elle ergote, ratiocine, tergiverse, louvoie, au point d’accréditer l’idée fâcheuse que, dans cette communauté de 27, il en coûte plus de transgresser les règles de bonne gestion que d’enfreindre celles d’une bonne démocratie. On punit la Grèce mais on ferme les yeux sur la Hongrie. — (Vincent Giret, Salami, dans Libération (journal), n° 9532, p.3, 4 janvier 2012)

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier