Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Du latin ternarius.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
ternaire ternaires
\tɛʁ.nɛʁ\

ternaire \tɛʁ.nɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Qui est composé de trois unités.
    • Un nombre ternaire.
  2. (Chimie) Qui résulte de la combinaison de trois corps simples en parlant de composé.
    • Il en ressort que la présence de MCPA a pour effet de réduire la période d’emploi du mélange ternaire (3,6-DCP + mécoprop + MCPA) par rapport au binaire (3,6-DCP + mécoprop) de la mi-tallage au début montaison au lieu de début tallage au début montaison. — (Compte rendu de la Conférence du COLUMA, Comité français de lutte contre les mauvaises herbes, 1977, vol.4, page 1062)
    • Composé ternaire.
  3. (Musique) Qui se divise par trois en parlant de mesure, de rythme.
    • Mesure, rythme ternaire.
    • Il monte sur le perron, entre dans l’Hôtel de Ville où il est reçu par des personnalités et commence à parler dans un rythme ternaire qui lui est familier :
      Paris ! Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé, mais Paris libéré par lui-même, Paris libéré par son peuple ! » — (Édouard Bled, J’avais un an en 1900, Fayard, 1987, Le Livre de Poche, page 359.)
  4. (Programmation informatique) Qualifie un opérateur qui a pour résultat l’une ou l’autre de deux valeurs, selon qu’une condition est, ou non, vérifiée.
    • L’opérateur ternaire est surtout utile pour choisir entre deux possibilités, en fonction d’une condition, un argument passé à une fonction.
  5. (Par extension) Qui ne comporte que trois éléments ou ne propose que trois options, précisément, strictement et invariablement.
    • Le système numéral le plus progressif, et peut-être le plus fréquent dans les langues naturelles connues, est le système décimal qui a pour base le nombre dix, mais il existe aussi des systèmes autres que décimal. Ce sont :
      - le système
      binaire qui a pour base le nombre deux, comme par exemple dans des langues Khoisan (i.e. bochimanes et hottentotes), dans certaines langues indigènes de l’Amérique et de l’Australie (comme la langue aranda, cf. Majewicz 1977), et dans certaines langues papoues ;
      - le système
      ternaire avec le nombre trois pour base, par exemple dans certaines langues indigènes de l’Amérique (chez les Coroado du Brésil, etc.) ;
      - le système
      quaternaire avec le nombre quatre pour base, existant, là encore, dans certaines langues indigènes de l’Amérique (comme le tshumash [chumash], cf. Beeler 1964), et dans certaines langues papoues (keva) ;
      […] — (Alfred F. Majewicz, « Le Rôle du doigt et de la main », in Fanny de Sivers, éditeur, La Main et les doigts dans l’expression linguistique II : Actes de la Table Ronde Internationale du CNRS, Sèvres (France), 9–12 septembre 1980, collection Documents Eurasie 6, SELAF / Lacito (Laboratoire de langues et civilisations à tradition orale), Paris / Ivry, 1981, ISBN 2-85297-112-7, pages 193–194)

Quasi-synonymesModifier

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier