FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XVIe siècle) Dénominal de terrasse.

Verbe Modifier

terrasser \tɛ.ʁa.se\ ou \te.ʁa.se\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Soutenir, fortifier par un amas de terre.
    • On a fait terrasser cette muraille.
  2. Jeter quelqu’un de force par terre.
    • Il eut bientôt terrassé son agresseur.
  3. (Figuré) Vaincre ; abattre.
    • Moi aussi, les soirs trop chauds m’ont terrassée ; moi aussi, l’odeur musquée des foins, les roulades du rossignol m’ont livré à la folie, à la faute. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 10)
    • Ils […] s’empressèrent d’offrir au vainqueur l’aide de leurs bras pour terrasser ses ennemis. — (Comtesse de Ségur, L’Auberge de l’Ange-Gardien, 1888)
    • Dès l'arrivée franchie, il a été terrassé par un arrêt cardiaque. Comme nous savons que c'est fréquent, il est tombé au pied d'une ravissante secouriste de la protection civile qui a commencé les gestes, et les médecins urgentistes du Samu ont été à ses côtés en moins de quatre minutes. — (Patrick Pelloux, On ne vit qu'une fois, Le Cherche-Midi, 2014)
    • « Kevin contre la GroKo », cela pourrait être le titre d'une épopée enfantine et chevaleresque où un jeune héros finit par terrasser le monstre et réveiller la belle princesse endormie. Mais c'est bien autre chose. — (Thomas Schnee, Kevin contre la GroKo, dans Marianne, n° 1092 du 16 au 22 février 2018, p. 44)

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

DanoisModifier

Forme de nom commun Modifier

terrasser \Prononciation ?\ commun

  1. Pluriel indéfini de terrasse.