Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1100-50) Du latin testamentum, dérivé de testari (« témoigner, attester »), de testis (« témoin »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
testament testaments
\tɛs.ta.mɑ̃\

testament \tɛs.ta.mɑ̃\ masculin

  1. Acte authentique par lequel on déclare ses dernières volontés.
    • […], je m'empresse de t'annoncer qu'un certain monsieur Desperriers, natif de Digoin, département de l'Allier, France, vient de décéder, sans enfants, […], et qu'avant son décès, par testament rédigé en bonne et due forme, tu peux m'en croire, je l'ai minuté moi-même, il a institué sa légataire universelle une certaine demoiselle Adèle Desperriers, sa parente éloignée. — (Félicien Mallefille, Le Cœur et la Dot, comédie en cinq actes et en prose, acte 1, scène 7, Paris : chez Michel Lévy frères, 1860, p. 19)
    • Malade, il se retira chez sa sœur, Rosalie, veuve d'un comte de Creny, au petit château de Ménival, dans la commune de Lannoy-Cuillère, aux confins du pays de Bray et de la Picardie, où il fit son testament, laissant à ses proches le peu qui lui restait, et mourut le 26 janvier 1816. — (Philippe Régibier, 27 rue Saint-Guillaume: petite chronique d'une grande demeure et de ses habitants, d'après des documents inédits, chez l'auteur, 1997, p. 311)
    • Testament olographe, celui qui est écrit, daté et signé de la main du testateur.
    • Testament public ou authentique, celui qui est reçu par deux notaires en présence de deux témoins, ou par un notaire en présence de quatre témoins.
    • testament mystique ou secret, testament écrit ou au moins signé par le testateur, et remis par lui clos et scellé à un notaire, en présence de six témoins.
    • Testament militaire, testament fait à l’armée, sans toutes les formalités nécessaires aux autres testaments.
    • Testament ab irato, Celui qui est fait par un motif de haine ou de colère.
    • Testament politique se dit d’écrits politiques posthumes, attribués à certains hommes d’état, contenant les vues, les projets, les motifs qui ont dirigé ou qu’on suppose avoir dirigé leur conduite.
    • Avant d’être envoyé en Ukraine, en 2014, Yannis Behrakis avait un mauvais pressentiment. Sans le dire à sa femme, ce photographe grec de l’agence Reuters est passé voir un notaire et il a fait son testament. La répartition de ses biens, le devenir de ses photos… — (Claire Guillot , « Les photographes, précaires de guerre » sur LeMonde.fr, Le Monde. Mis en ligne le 18 septembre 2017, consulté le 1er novembre 2017)
  2. (Figuré) Conseils de l'on lègue à sa descendance.
    • Keleni avait déjà vu ce calme sur le visage de sa mère […]. Dans son testament dicté à la cuisine, elle lui avait légué une règle de vie : apprendre à réguler le volume de ses pleurs et l'écoulement de ses larmes : «fille, notre vie s'arrête en même temps que nos larmes ! ». — (Ibrahima Aya, Rires et pleurs des orphelins, Paris : Ed. de l'Harmattan, 2011, p. 15)

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • testament sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

AnglaisModifier

NéerlandaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin testamentum.

Nom commun Modifier

testament \Prononciation ?\

  1. (Religion) Testament.
    • het Oude en het Nieuwe Testament
      l’Ancien et le Nouveau Testament
  2. (Droit) Testament.
    • een testament maken
      faire un testament
    • iets bij testament vermaken
      léguer quelque chose par testament
    • iemand in zijn testament zetten
      mettre quelqu’un dans son testament
    • geheim testament
      testament mystique
    • (h)olografisch testament
      testament olographe
    • openbaar testament
      testament par acte public
    • erfgenaam krachtens testament
      héritier testamentaire

SynonymesModifier

Sens religieux :

Sens juridique :

Taux de reconnaissanceModifier

En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 100,0 % des Flamands,
  • 100,0 % des Néerlandais.

PrononciationModifier

RéférencesModifier

  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]