Ouvrir le menu principal

LatinModifier

ÉtymologieModifier

(Nom commun 1) Il est pour *terstis, fait comme superstes et composé de tres et de sto : « qui est pour un tiers ». Le testament se faisait à l’origine de vive voix [1], devant cinq témoins et un libripens. C’est à cet usage que se rapporte le mot testamentum littéralement « la prise à témoin ».
(Nom commun 2) Peut-être à rattacher à testa (« vase ») avec la même métaphore qui, de culeus « sac » mène au sens de « couille ».

Nom commun 1 Modifier

Cas Singulier Pluriel
Nominatif testis testēs
Vocatif testis testēs
Accusatif testĕm testēs
Génitif testĭs testiŭm
Datif testī testĭbŭs
Ablatif testĕ testĭbŭs

testis masculin, féminin ou neutre

  1. Témoin.
    • Facies quum bona teste caret — (Ovide, A. A., 3, 398)
      Quand la beauté n’a personne pour l’admirer.
    • Caelum teste vocat, — (Alcimus Avitus, 6, 576)
      Prendre le ciel à témoin.

DérivésModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

Nom commun 2Modifier

Cas Singulier Pluriel
Nominatif testis testēs
Vocatif testis testēs
Accusatif testĕm testēs
Génitif testĭs testiŭm
Datif testī testĭbŭs
Ablatif testĕ testĭbŭs

testis \Prononciation ?\ masculin

  1. Testicule.
    • Dexter asini testis in vino potus — (Pline, 28, 19, 80, § 261)
    • Et quidem iam etiam non obscena verba pro obscenis sunt: "'battuit,' inquit, 'impudenter, 'depsit' multo impudentius;" atqui neutrum est obscenum. Stultorum plena sunt omnia: "testes" verbum honestissimum in iudicio, alio loco non nimis — (Cicéron, Ad familiares, IX, 22)
      Que dis-je ? A des mots honnêtes on fait signifier des turpitudes. Battuit est devenu impropre. Depsit est une ordure, et rien n'est plus innocent que ces mots dans leur sens primitif. Les sots se fourrent partout. Testes est très-convenable en justice, ailleurs il n'est guère de mise. — (traduction)

DérivésModifier

Forme de nom commun Modifier

testis \Prononciation ?\

  1. Datif pluriel de testa.
  2. Ablatif pluriel de testa.

RéférencesModifier