Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) Du latin thurifer (« qui porte de l’encens »).

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
thurifère thurifères
\ty.ʁi.fɛʁ\

thurifère \ty.ʁi.fɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. (Botanique) Se dit des arbres qui donnent une résine analogue à l'encens.
    • Ce n'est pas là je crois la flagornerie; cependant cherchez les articles nominaux des aboyeurs et des chantres de lutrin , vous verrez que , hors de la corporation , et considérés comme particuliers , ils reçoivent une énorme dose d'éloges , et M. Choron leur prodigue l'encens comme s'il avait à sa disposition toutes les plantes thurifères de l'Arabie.— (François Benoît Hoffman, Oeuvres de F.-B. Hoffman: Critique, 1829, page 84)
  2. (Rare) Qui encense (au sens figuré).
    • Et votre académie, impuissante assemblée,
      […]
      Qui polit des discours, constamment thurifère,
      À pourfendre le nez du récipiendaire.
      — (L.-J. Périlhou, À M. Viennet, dans Le monde, revue des mœurs contemporaines n°1 du 30 septembre 1855, Paris, 1855, page 16.)
    • Gabriel, ou l’aurore annonçant la lumière,
      Fait place à Madeleine amante et thurifère.
      — ([Anonyme] Épître d'un trappeur du Texas aux savants de France, IV ; Décembre-Alonnier éditeur, Paris, 1870, page 157.)

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

ParonymesModifier

RéférencesModifier