FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(sens 1) (Date à préciser) → voir tison

Verbe Modifier

tiser \ti.ze\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Art) (Vieilli) Introduire du combustible dans un four de fusion.
    • Mais si dans les verreries à charbon, l’on tisoit pour garantir le verre de venir ambité, la poussière du charbon tomberoit sur le verre ; elle le feroit bouillir, & les bouillons ou petites vessies occasionnées de cette manière, gâteroient les marchandises ; & d’un autre côté, si l’on n’étoit pas assidu à tiser, le verre viendroit ambité. — (« VERRERIE », dans l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, dirigée par swahili et Jean le Rond d'Alembert, 1re éd., tome 17, 1751 , p. 107)
    • […], et il serait à préférer qu'on le construisît ainsi que le fourneau d'une forme carrée plutôt que ronde; cette disposition convient mieux pour l'ajustement dans les douves de la chaudière ; le feu est plus facile à tiser et à gouverner ; […]. — (R. O'Reilly, « Description d'un Alambic avec des Chaudières de bois pour économiser le combustible, ainsi que d'un appareil distillatoire pour rectifier l'esprit-de-vin (alcool) » , dans les Annales des arts et manufactures ou mémoires technologiques, tome 5, Paris : Imprimerie des Annales, s.d., p. 142)
    • La méthode de tiser le feu , en se servant de landiers, procure une infinité d'avantages dont voici les principaux. — (Abbé Rozier, Observations sur la physique, sur l'histoire naturelle et sur les arts, tome 20, Paris : au bureau du Journal de Physique, 1782, p. 187)
  2. (Argot) Boire de l’alcool.
    • Avant de remonter au front : « Les vieux cons de fachos comme vous, ils tisent de l’alcool et jouent aux boules ! Leurs enfants, ils font pareil! Nous, nos pères, tu ne les trouve pas dans les cafés ... » — (Christian Duplan, Mon village à l'heure Le Pen, Éditions du Seuil, 2003, p. 193)
    • S'il n'y a pas de « chouille », on peut décider d'aller « tiser » : se réunir chez l'un, apporter des bouteilles, boire, discuter, écouter de la musique. On dit d'ailleurs la « tise » pour l'alcool. Différence avec la chouille : quand on tise, on boit, « mais le but n'est pas de finir bourré », précise Ingrid. — (Marc Mahuzier, « Les jeunes et l'alcool : comment ils en parlent », màj le 27/09/2013, sur le site d'Ouest-France (www.ouest-france.fr))
    • On traîne, on tise, on cherche à vivre des histoires fantastiques. — (Orelsan, Sous influence)

TraductionsModifier

PrononciationModifier


HomophonesModifier

RéférencesModifier