Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin *toccare (sens identique) → voir toucher.
De toc (« un peu fou ») avec le suffixe verbal -er.

Verbe 1 Modifier

toquer \tɔ.ke\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se toquer)

  1. (Vieilli ou régional) Toucher, frapper.
  2. (Absolument) (Régionalisme) Frapper à la porte.

Verbe 2Modifier

toquer \tɔ.ke\ transitif pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se toquer)

  1. (Familier) S’engouer.
    • Il s’est toqué de cette idée, de cette femme.
    • Bob n’avait jamais eu des amitiés fulgurantes. Il ne se toquait jamais de personne. — (Georges Simenon, La Disparition d’Odile, ch. 2, Le Club français du livre, Paris, 1971)
    • Toutefois pour ce qui est de la discrétion, le beau Caius doit très vite déchanter : l’impératrice s’est si bien toquée de lui, qu’il ne peut plus faire un pas sans qu’elle soit accrochée à sa toge. — (Pierre Renucci, Claude, Perrin, Paris, 2012, page 115)
  2. (Vieilli) ou (Vosges) Se cogner.
    • Je me suis toqué la tête sur le toit de la voiture.
  3. (Vosges) (Courant) Frapper pour signaler sa présence.
    • Va donc voir qui a toqué aux carreaux.

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

PrononciationModifier

  • France (Île-de-France) : écouter « toquer [tɔ.ke] »
  • France (Vosges) : écouter « toquer [Prononciation ?] »

AnagrammesModifier

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

Verbe Modifier

toquer \Prononciation ?\ transitif (voir la conjugaison)

  1. Variante de tochier.

RéférencesModifier