Français modifier

Étymologie modifier

(Date à préciser) Dérivé de torche, avec le suffixe -ère. Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun modifier

Singulier Pluriel
torchère torchères
\tɔʁ.ʃɛʁ\
 
Une torchère en Thaïlande. (3)

torchère \tɔʁ.ʃɛʁ\ féminin

  1. Sorte de flambeau grossier, placé à l’extrémité d’un long manche et dans lequel on met des matières combustibles destinées à donner de la lumière.
    • Je ne compte plus la « tétrachiée » de sites internet spécialisés en la matière, d'articles ou de livres que j'avais assidûment parcourus puis utilisés comme torchère pour allumer mon barbecue. — (Iskender Bilir, L'Écho du plafond, Mon Petit Éditeur, 2014, 2015, page 7)
  2. Certains candélabres qui portent des flambeaux, des girandoles, des bougies, et qui servent à éclairer une salle.
    • C'était une des fantaisies quotidiennes de Mlle de Bernage de faire allumer, dès que la nuit approchait, tous les lustres et toutes les torchères, à seule fin de ne pas ressembler aux provinciaux qui ne s'habillent que le dimanche et aux bourgeois de Paris qui ne s'éclairent à giorno que les jours où ils ont du monde à diner. — (Fortuné du Boisgobey, Double-Blanc, Paris : chez Plon & Nourrit, 1889, p. 81)
    • Un détail inexplicable préoccupait singulièrement Mérindol, c’est que le bras de Lampourde, sortant de dessous son manteau comme une torchère à supporter des bougies jaillissant d’une paroi de lambris, tenait au poing une bourse dont la panse rondelette annonçait une somme respectable. — (Théophile Gautier, Le capitaine Fracasse, 1863)
    • Deux candélabres, appareillés au groupe du milieu, faits chacun d’un satyre courant, emportant sur l’un de ses bras une femme pâmée, et tenant de l’autre une torchère à dix branches. — (Émile Zola, La Curée, 1871)
    • Aucun meuble, si ce n'est, fichée dans la muraille, une grosse torchère de fer, dans laquelle brûlait un flambeau dont la lumière jouait, inégale, sur le vaste carreau. — (Jean Ray, Harry Dickson, Le Savant invisible, 1934)
    • Il a fourni les dessins des grands meubles du règne, a créé une orfèvrerie mobilière absolument nouvelle, d’un faste inouï, c’est accordé, mais dont on pouvait dire, en songeant aux caisses d’argent, aux torchères d’argent, aux scabellons d’argent, qu’elle était l’utilisation de la réserve métallique du royaume. — (Jean de La Varende, Versailles, édition Henri Lefebvre, 1959, page 99)
  3. (Industrie) Mécanisme industriel qui maintient une flamme allumée en tout temps à la sortie de certaines cheminées évacuant des gaz combustibles.
    • La torchère permet de brûler les excédents de gaz avec un haut taux d'efficacité et évite les surpressions dans les unités de raffinage qui risquent de provoquer des explosions intempestives.
  4. (Régionalisme) Lampadaire de rue.
    • Entre les torchères publiques, il repère la silhouette du kovil indien, puis celle de la petite mosquée de la rue Karalis. — (Élisabeth Vonarburg, Reine de mémoire, tome 2, Éd. Alire, 2005)
    • Sur son chemin, les perche-lampes commençaient à allumer les torchères de rue. — (Olivia Lapilus , Du crépuscule à l'aube, tome 4, Éditions S.K., 2020)

Variantes modifier

Sens 1 et 2

Synonymes modifier

Sens 1 et 2

Apparentés étymologiques modifier

Traductions modifier

Prononciation modifier

Anagrammes modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Voir aussi modifier

  • torchère sur l’encyclopédie Wikipédia  

Références modifier