FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XVe siècle) Dénominal de torture.

Verbe Modifier

torturer \tɔʁ.ty.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Faire éprouver une torture, soumettre à la torture.
    • Alors, je commençai à torturer le colporteur. Je lui arrachai, un par un, tous les ongles des mains et tous les ongles des pieds... — (Octave Mirbeau, Le colporteur,)
    • Des nuits entières, durant un mois, j'ai entendu hurler des hommes que l'on torturait, et leurs cris résonnent pour toujours dans ma mémoire. — (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • Tu es physionomiste, tu as bien dû sentir qu’il n’était pas le genre à torturer des femmes. […]. Au début, je m'étais dit qu'il avait peut–être tué Holly par accident pendant une séance de jeux SM, et qu'il s'était ensuite suicidé par remords. — (Suzanne Forster, Passé obscur, traduit de l'anglais, Paris : Éd. Harlequin, 2009, chap. 18)
  2. Tourmenter.
  3. Tordre, déformer un objet.
    • Torturer un texte, le sens d’un texte, le sens d’un mot, lui faire signifier, comme par violence, ce qu’il ne dit pas.

TraductionsModifier

PrononciationModifier

HomophonesModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

Dérivé de torture avec le suffixe -er.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
torturer
\Prononciation ?\
torturers
\Prononciation ?\

torturer

  1. Tortionnaire.