FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XVe siècle) Dénominal de torture.

Verbe Modifier

torturer \tɔʁ.ty.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Faire éprouver une torture, soumettre à la torture.
    • Alors, je commençai à torturer le colporteur. Je lui arrachai, un par un, tous les ongles des mains et tous les ongles des pieds... — (Octave Mirbeau, Le colporteur,)
    • Des nuits entières, durant un mois, j'ai entendu hurler des hommes que l'on torturait, et leurs cris résonnent pour toujours dans ma mémoire. — (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • Tu es physionomiste, tu as bien dû sentir qu’il n’était pas le genre à torturer des femmes. […]. Au début, je m'étais dit qu'il avait peut–être tué Holly par accident pendant une séance de jeux SM, et qu'il s'était ensuite suicidé par remords. — (Suzanne Forster, Passé obscur, traduit de l'anglais, Paris : Éd. Harlequin, 2009, chap. 18)
  2. Tourmenter.
  3. Tordre, déformer un objet.
    • Torturer un texte, le sens d’un texte, le sens d’un mot.
    • Caillette avait apporté un tube de lait concentré qu'il torturait pour qu'il lâchât d'ultimes gouttes lourdes, épaisses, beiges, sucrées. — (Yann Moix, Reims, Grasset, 2021, p. 153)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

HomophonesModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

 Dérivé de torture avec le suffixe -er.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
torturer
\Prononciation ?\
torturers
\Prononciation ?\

torturer

  1. Tortionnaire.