toujours est-il que

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Locution adverbiale Modifier

toujours est-il que \tu.ʒu.ʁ‿e.t‿il kə\

  1. En tout cas[1] ; quoi qu’il en soit.
    • Quand il jouait à la drogue il perdait toujours ; et, soit malice des autres tambours, soit qu'il eût en effet un nez en pomme de terre, […], soit toute autre cause, toujours est-il que la drogue qu'on lui mettait sur le nez le pinçait si horriblement que les larmes lui en venaient aux yeux. — (Frédéric Soulié, « Le petit tambour », dans Napoléon: mémorial anecdotique et biographique de l'Empire et de la Grande Armée, 2e année, Paris, 1835, p. 303)
    • Toujours est-il que les oscillations du marché, en plus ou en moins, tendent à se rapprocher de cette règle que — la valeur en échange est comme les frais de production; — toujours est-il que, lorsque les frais de production ne se trouvent pas, la production cesse; toujours est-il que, lorsque les prix débordent, la concurrence augmente. — (Pellegrino Rossi, Cours d’Économie politique, Tome III, G. Thorel, Paris, 1851, page 91)
    • Vieux souhait des rois qui seraient philosophes ou des philosophes qui deviendraient rois. […]. Toujours est-il que si Khrouchtchev avait eu Sartre comme conseiller technique, il n'aurait pas dévoilé les crimes de Staline. — (Paul Désalmand, Sartre s'est-il toujours trompé?, ou, L'impromptu de Vénissieux, Vénissieux : Éditions La Passe du Vent, 2005, p.65)
    • Est-ce son coup dans le nez ou son instinct qui lui signifiait qu'il pouvait avoir confiance en ce vieux ronchon éméché ? Toujours est-il que Jack lui parla du meurtre de Phil Smith. — (Antoine Grall, L'écho de la poussière, BoD-Books on Demand, 2018, p. 140)

SynonymesModifier

TraductionsModifier

RéférencesModifier

  1. Maurice Grevisse, André Goosse, Nouvelle grammaire française, de boeck, 3e édition, 1995, p. 114