FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Fin XIe siècle) Au départ, il y a la racine indo-européenne *med (« mesurer, conseiller »)[1][2], puis le latin *med-/*mod- (« réfléchir, mesurer, peser »)[3][4]. Celle-ci donnera le latin modus[3][4], puis lui-même modius[5][6]. Il y a également l’indo-européen commun *trei-, *tréyes[7], qui donnera le grec ancien τρεῖς, treîs (« trois »)[8], puis le latin tres[8], dérivant de la forme archaïque treis[8].
C’est en combinant ces deux mots (tres et modius) que l’on obtiendra le latin trimodius, (« mesure de trois muids »)[9]. Il y aura ensuite trimodia[9], via trimodium[10].

Évolution des sens et orthographesModifier

On obtiendra alors la forme « trémie », (Fin XIe siècle) par le judéo-français tremuie (« trémie »)[9], (1234-40) l’ancien français tremuie (« entonnoir à grain dans un moulin »)[9], (1412-13) (Construction) le moyen français tremie (« remplissage entre les pendants »)[9], (1437) tremuye (« vide réservé dans un plancher pour l’âtre de la cheminée »)[9], (1530) tremye[9], (1680) tremie (« mangeoire pour les pigeons »)[9].

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
trémie trémies
\tʁe.mi\
 
La trémie d’un moulin à vent.
 
Une trémie de grue.

trémie \tʁe.mi\ féminin

  1. Entonnoir, souvent en forme de pyramide renversée, destiné au stockage ou au passage de matières solides en vrac. Contrairement au silo, la trémie n’est pas un réservoir fermé.
    • La trémie est pleine.
    • Il n’y a plus de blé dans la trémie.
  2. Auge dont le fond est constitué par un treillis métallique et qui sert aux plâtriers à passer le plâtre.
  3. Mangeoire pour les faisans, les pigeons, etc.
  4. Mesure dont on se sert pour le sel.
  5. Rampe d’accès à un tunnel routier ou le tunnel lui-même (avec ses rampes).
    • À compter de la mi-janvier, l’entreprise Olival va entamer les travaux de création de la trémie d’accès au parking Choisy sud depuis l’avenue Jean Jaurès. — (site www.choisyleroi.fr (4 janvier 2012))
    • Il y a eu collision sur la trémie du tunnel de l’avenue de Tervuren.
    • Pour rejoindre le centre, prenez la trémie d’Avroy.
    • La trémie Camille Saint-Saens est située à Rouen.
  6. (Construction) Ouverture dans un plancher pour mettre un escalier ou tout autre dispositif en traversée.
    • Le syndicat intercommunal de collecte et de traitement des ordures ménagères (SICTOM) de Champagne Berrichonne publie un avis public d’appel d’offres pour la conclusion d’un marché public concernant la fourniture et l’installation de deux trémies doseuses ouvre-sacs pour l’alimentation de deux chaînes de tri de déchets recyclables. — (« Non-respect de la pondération des critères prévue par le règlement de consultation », achatpublic.info, brève du 24 novembre 2020, consulté le jour-même)
  7. (Construction) Espace rectangulaire compris dans un plancher, destiné à porter l’âtre d’une cheminée, hourdé en plâtre et plâtras, situé entre le mur, un chevêtre et deux solives d’enchevêtrure.
NotesModifier
Les différents sens viennent de l’analogie de forme avec le premier sens.

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • trémie sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

  1. Julius PokornyIndogermanisches etymologisches Wörterbuch, 1959 → consulter cet ouvrage
  2. (en) Douglas Harper, Online Etymology Dictionary, 2001–2020 → consulter cet ouvrage
  3. a et b René Garrus, Trésor des racines surprises, édition Belin, 2008
  4. a et b Cette page utilise des informations de l’article du Wiktionnaire en français, sous licence CC BY-SA 3.0 : accommodation. (liste des auteurs)
  5. Paul Regnaud, Dictionnaire étymologique du latin et du grec dans ses rapports avec le latin d’après la méthode évolutionniste, linguistique indo-européenne appliquée, 1908
  6. Alfred Ernout, Antoine Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, 1932
  7. (en) Douglas Harper, Online Etymology Dictionary, 2001–2020 → consulter cet ouvrage
  8. a b et c Félix GaffiotDictionnaire latin français, Hachette, 1934 → consulter cet ouvrage
  9. a b c d e f g et h « trémie », dans TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé, 1971–1994 → consulter cet ouvrage
  10. Jean Dubois, Henri Mitterand, Albert Dauzat, Dictionnaire étymologique & historique du français, Éditions Larousse, 2007