Ouvrir le menu principal

BretonModifier

ÉtymologieModifier

Composé de tri (« trois »), warn (« sur un ») et ugent (« vingt »), littéralement « trois sur un vingt ».

Locution adjectivale Modifier

tri warn-ugent \ˈtriː warn‿ˈyː.ɡɛ̃nt\ masculin (équivalent féminin : teir warn-ugent)

  1. Vingt-trois.
    • Tri ajañs-kelaouin, seitek chadenn-tele, pemp kazetenn ha daou-ugent, pemzek kelaouenn, ha tri radio warn-ugent zo bet berzet dibaoe. — (KA, Un avel-reter e Douarnenez in Ya !, niv. 586, 2 Gwengolo 2016, p. 3)
      Trois agences de presse, dix-sept chaînes de télévision, quarante-cinq journaux, quinze magasines, et vingt-trois radios ont été interdits depuis.
    • Ganet on bet e Douarnenez e 1948 met bet o vevañ e bannlev Pariz betek ma zri bloaz warn-ugent. — (Mich Beyer, Me hag ar skrivañ..., site d’Al Liamm)
      Je suis née à Douarnenez en 1948 mais ai vécu en banlieue parisienne jusqu’à mes vingt-trois ans.

Note :

  • Le nom qualifié par cet adjectif se place généralement entre tri et warn-ugent.
  • Mutation par spirantisation après tri.

Locution nominale Modifier

tri warn-ugent \ˈtriː warn‿ˈyː.ɡɛ̃nt\

  1. Le nombre vingt-trois.

Locution pronominale Modifier

tri warn-ugent \ˈtriː warn‿ˈyː.ɡɛ̃nt\

  1. Pronom cardinal servant à marquer la date.
    • Deut on er bed, tudoù, an dri warn-ugent a viz Ebrel er bloavezh 1885, en ti melen bourcʼh Priel, damdost da Landreger. — (Jarl Priel, Va zammig buhez, Éditions Al Liamm, 1954, p. 7)
      Je suis venu ua monde, les amis, le vingt-trois avril de l’année 1885, dans la maison jaune du bourg de Plouguiel près de Tréguier.
Précédé
de daou warn-ugent masculin
div warn-ugent féminin
Cardinaux en breton Suivi
de pevar warn-ugent masculin
peder warn-ugent féminin