Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIXe siècle) du verbe trottiner. Le sens moderne est une proposition d’Eric Gardner de Beville (voir citation).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
trottin trottins
\tʁɔ.tɛ̃\

trottin \tʁɔ.tɛ̃\ masculin

  1. (Familier) (Désuet) Petite ouvrière commissionnée pour faire les courses. Payée à la tâche et pour faire attendre le client le moins longtemps possible, elle devait donc accomplir sa commission le plus vite possible, et de ce fait trottinait à travers le magasin.
    • Le garçon marchand de vins du coin lance un œil marécageux au trottin de la modiste d’en face, — petite fille à tout faire. — (Alfred Delvau, Les Heures parisiennes, 1865)
    • À cette minute, une petite blonde de seize à dix-huit ans, un trottin de modiste, qui avait au bras un large carton, traversa vivement, pour entrer sous la porte avant la voiture. — (Émile Zola, Les Trois Villes : Paris, 1898)
    • Deux biffins agiles emportaient dans un tourbillon des trottins, et c’était encore, aux bras l’un de l’autre, des éphèbes que les femmes décriaient très haut. — (Francis Carco, Jésus-la-Caille, ch. IV, Le Mercure de France, Paris, 1914)
  2. Utilisateur de trottinette.
    • Plus le nombre de trottinettes se multiplie, plus la liberté est grande. Pour beaucoup de trottins, il suffit d’en prendre une à la sortie de son immeuble et la laisser à la porte de son lieu de travail ou du restaurant ou du cinéma. [...] La maxime selon laquelle « la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres » impose un self-contrôle qui n’est pas de mise avec un nombre grandissant de trottins qui considèrent qu’ils ont tous les droits et pas de devoirs. — (Eric Gardner de Beville, La trottinette, dernier symbole du « j'ai-tous-les-droits », lesechos.fr, 27 août 2019)

Quasi-synonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier