FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’allemand Ulan, du polonais ułan et, par delà, du turc oğlan (« jeune homme »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
uhlan uhlans
\y.lɑ̃\
 
Uhlans polonais (1807-1815) par Janvier Suchodolski.

uhlan \y.lɑ̃\ masculin

  1. (Histoire) (Militaire) Nom que portaient les lanciers dans les armées germaniques ou slaves.
    • Cette poussière qui roule tout là-bas, c'est des uhlans; plus on en tue, plus il y en a. — (Amédée Achard; Récits d'un soldat, 1871)
    • Le uhlan mettait pied à terre, ouvrait tranquillement une carte ou un calepin, prenait des notes. — (Paul et Victor Margueritte, Le Désastre, 86e éd., Plon-Nourrit & Cie, page 184)
    • Des traînards occupaient seuls des maisons, s'entassaient aux granges, sourds hagards, insensibles aux menaces, aux prières. Ils aimaient mieux se faire prendre, bétail humain, par les uhlans à leur poursuite. — (Paul Margueritte & Victor Margueritte, Les tronçons du glaive, 1900)
    • Trente uhlans pénètrent à Quaremont, chez un vieux paysan nommé De Poorter, et demandent du fourrage. — (Pierre Nothomb, Les barbares en Belgique, 1915)
    • Par la belle route en pente douce qui longe sous d’épais ombrages le « ru » de Toury, les uhlans descendaient vers Talus-Saint-Prix, patrouillaient le village, puis se glissaient vers le pont du Petit-Morin qu’ils franchissaient librement : […]. — (Charles Le Goffic, « Les Marais de Saint-Gond », dans la Revue des Deux Mondes, 6e période, tome 35, 1916, page 12)

Variantes orthographiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

  • Émile Littré indique : « (u-lan ; l'u se prononce avec une demi-aspiration, c'est-à-dire qu'on ne fait avec lui aucune liaison : les uhlans, le uhlan, ce uhlan) » [ÉL].

Voir aussiModifier

  • uhlan sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier