un de ces quatre matins

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) → voir un, quatre et matin

Locution adverbiale Modifier

Invariable
un de ces quatre matins
\ɛ̃ də sɛ katʁ ma.tɛ̃\

un de ces quatre matins \ɛ̃‿d se kat ma.tɛ̃\, \œ̃ də se katʁ ma.tɛ̃\

  1. (Populaire) Dans un avenir proche (avec plus ou moins de certitude).
    • Hélas ! ce brave cabaret sera peut-être démoli un de ces quatre matins, — avec le mur d’enceinte. — (Alfred Delvau, La Mère Marie, dans Les Dessous de Paris, 1860)
    • Bon sang de bon sang ! n’allait-on pas aussi, un de ces quatre matins, lui servir un bouillon d’onze heures et l’envoyer brouter les pissenlits par la racine entre les quatre murs de l’enclos des morts ! — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • – Pourquoi ne profites-tu pas de ce que je suis là, à ta merci, pour essayer de sauver mon âme ? Tu me ferais un petit sermon. Je resterais bien tranquille, je ne ronflerais pas trop fort. Et grâce à toi j’aurais peut-être une harpe et des ailes, un de ces quatre matins. — (Julien Green, Moïra, 1950, réédition Le Livre de Poche, page 100)

VariantesModifier

SynonymesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

PrononciationModifier

  • France (Lyon) : écouter « un de ces quatre matins [Prononciation ?] »
  • Canada (Québec, Mauricie, Shawinigan) : écouter « un de ces quatre matins [Prononciation ?] »