Voir aussi : usiné

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIIIe siècle) L’ancien français usine (« atelier, lieu de travail », « travail ») – pendant longtemps limité au nord-est de la France[1] – est issu du latin usus[2] comme ustrina dérive de ustum ou du latin officina[1] selon une évolution phonétique propre au parler du Nord et dont la forme savante est officine. Au XVIIIe, le mot atteint Paris[1] avec le sens de « moulin, lieu où la force de travail est fournie par la puissance hydraulique » ; il prend le sens de « établissement industriel » au début du XIXe avec l’essor de l’industrialisation. Le mot est d’usage courant à partir de 1830-1840. Il est alors « nouveau » et permet de démarquer manufacture, fabrique dont le sens est « fabrication » plutôt que « lieu de travail » et atelier, officine, ouvroir, boutique qui désignent des lieux de travail de taille restreinte, à vocation artisanale ou commerçante.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
usine usines
\y.zin\
 
L'intérieur d'une usine.

usine \y.zin\ féminin

  1. (Industrie) Établissement pourvu de machines, où l’on travaille des matières premières pour en tirer certains produits.
    • La production […] du sucre de betterave […] commence à se développer dans le département des Ardennes qui possède actuellement 9 usines […] et qui traite environ 140 à 160 millions de kilog. de betteraves par an. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 130)
    • Or,à présent, du Cap Horn à la Nouvelle Zamble, et de Canton à Canton par le tour du monde, on trouvait en tous lieux des usines, des manufactures, des ressources industrielles infinies. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 287 de l’éd. de 1921)
    • Vous n’êtes pas venu ici pour penser, mais pour faire les gestes qu’on vous commandera d’exécuter… Nous n’avons pas besoin d’imaginatifs dans notre usine. C’est de chimpanzés dont nous avons besoin. — (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Voyage au bout de la nuit, Denoël et Steele, Paris, 1932)
    • Or, nous devons tout essayer pour maintenir peuplés ces plateaux de sol ingrat et non chercher à éloigner la population, l’obligeant à vivre dans des usines malsaines. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Cependant, vers 1973, l’usine fabrique quelque temps des lave-vaisselle et un peu plus tard des sèche-linge [Saglio et Bonamy, 1978]. — (Marnix Dressen, Les établis, la chaîne et le syndicat: Évolution des pratiques, mythes et croyances d'une population d'établis maoïstes 1968-1982) - Monographie d'une usine lyonnaise, Editions L'Harmattan, 2000, p. 15)
    • Le premier jour des vacances d’été, je me rendis à l’usine dès potron-minet. Le sommeil avait beau engourdir encore mes membres, j’étais résolu à ne pas décevoir mon père. — (Erich Loest, Les Souris du Dr Ley, traduit de l’allemand par Bernard Huchet, Gingko, 2006, page 12)

Quasi-synonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe usiner
Indicatif Présent j’usine
il/elle/on usine
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que j’usine
qu’il/elle/on usine
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
usine

usine \y.zin\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de usiner.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de usiner.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de usiner.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de usiner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de usiner.

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • usine sur l’encyclopédie Wikipédia  

AnagrammesModifier

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

Voir usine ci-dessus.

Nom commun Modifier

usine \Prononciation ?\ féminin

  1. Ustensiles pour travailler.
  2. Ferme, atelier, officine, forge, moulin, tuilerie, faïencerie, verrerie, boutique en général.
    • Tenant l'huisine de apotecaire.
    • Se nos avons besoin de mairien à nos moulins et à nos autres wisines de Valenchienes. — (XIIIe)
    • Huisine et ediffice à molre [moudre], brasier et rechauffer waranche.
    • Femme tenant l'usine ou boutique de son mary achetant et vendant publiquement peut contracter. — (Coustumier général)
    • Eriger colombiers, pressoirs et moulins, faire estangs, treilleries et autres usuines. — (Nouveau coustumier général)
  3. Travail en général.

VariantesModifier

DérivésModifier

RéférencesModifier