vétérinaire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin veterinarius (« relatif aux bêtes de somme, vétérinaire »), dérivé de veterinus, lui-même de vetus, veteris (« vieux » → voir vétéran et vétuste)[1].

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
vétérinaire vétérinaires
\ve.te.ʁi.nɛʁ\

vétérinaire \ve.te.ʁi.nɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Qui est relatif à la médecine des animaux.
    • La médecine que les anciens ont appelée médecine vétérinaire, n'est presque connue que de nom : je suis persuadé que si quelque médecin tournait ses vues de ce côté-là, et faisait de cette étude son principal objet, il en serait bientôt dédommagé par d'amples succès […]. — (Georges-Louis Leclerc de Buffon, Histoire naturelle des animaux, « Le Cheval », in Œuvres, Bibliothèque de la Pléiade, 2007, page 552.)
    • Le système de Buffon sera surtout repris par le plus grand hippiatre de l'époque, le fondateur de la science vétérinaire, l’écuyer le plus célèbre de son temps : Claude Bourgelat. — (Jacques Mulliez, Les chevaux du Royaume : Histoire de l'élevage du cheval et de la création des haras, Montalba, 1983, page 213)

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
vétérinaire vétérinaires
\ve.te.ʁi.nɛʁ\
 
Un vétérinaire.

vétérinaire \ve.te.ʁi.nɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Médecin qui traite les maladies des animaux.
    • Ayant eu l’occasion, même avant de commencer nos études de Vétérinaire, d’assister à des foires et des marchés, nous avons pu être témoin oculaire d’une foule de ruses employées par les marchands, propriétaires ou maquignons. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • Le cheval était en honneur alors et les vétérinaires si rares que le maréchal-ferrant qui les suppléait, même dans les villes, usurpait en même temps qu’un peu de leur art un peu de leur dignité. — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 64.)
    • — Je vais commencer par t'administrer du Valium pour que tu te détendes, a annoncé la vétérinaire comme elle posait une perfusion sur mon bras sans puce. — (James Patterson, Max, tome 3 : Mission : sauver le monde, traduit de l'anglais (USA) par Aude Lemoine, 2009, Livre de Poche Jeunesse, 2010, chap. 29)

AbréviationsModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. Michel Bénaben, Dictionnaire étymologique de l’espagnol, Ellipses, 2000, entrée « viejo »