va-et-vient

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Composé de va (« → voir aller ») et de vient (« → voir venir »).

Nom commun Modifier

(orthographe traditionnelle)
Singulier et pluriel
va-et-vient
\va.e.vjɛ̃\
 
Schéma de va-et-vient (4)

va-et-vient \va.e.vjɛ̃\ masculin, singulier et pluriel identiques

  1. Mouvement qui va alternativement d’un point à un autre.
    • Le balancier d’une pendule fait un mouvement de va-et-vient.
    • Il faut que non seulement que la soie vienne se mettre en écheveau sur le dévidoir nommé asple, mais qu’elle s’y distribue régulièrement au moyen d’un va-et-vient, […]. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie : Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
    • Maillat observa un moment le va-et-vient des petites barques vertes qui venaient prendre les tommies pour les mener aux cargos. — (Robert Merle, Week-end à Zuydcoote, 1949, réédition Le Livre de Poche, page 86)
    • Le va-et-vient du piston, le long cylindre dardé au creux du ventre et l’injection de la matière plastique en fusion dans la matrice du moule, font l’objet, parmi les travailleurs de la matière plastique, d’innombrables plaisanteries. — (Roger Vailland, 325.000 francs, 1954, réédition Le Livre de Poche, page 94)
  2. (Familier) Action d’aller et de venir en divers endroits.
    • Mrs. Paulina Barnett, toujours vaillante, par ses conseils, sa conversation, son va-et-vient, réagissait à la fois pour son propre compte et encourageait tout son monde. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • La partie habitable de l’aéronef était éclairée et retentissait du va-et-vient de l’équipage obéissant au branle-bas. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 240 de l’édition de 1921)
    • C’était partout maintenant, dans la cathédrale de Chartres, des bruits de sabots, des va-et-vient de jupes, des sonneries de messes. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
  3. (Par extension) Passage ou circulation de personnes.
    • L’ancienne villa romaine ressemblait à une ruche ; dans la cour du couvent, un va-et-vient incessant de cavaliers apportait des nouvelles, transmettant les ordres du roi qui sortait peu de ses quartiers. — (Bernard Domeyne, Arsinoé d’Afrique, tome II : Aurora barbarorum, Éditions Publibook, 2013, pages 28–29)
    • Des va-et-vient à l'entrée de certains établissements scolaires de la communauté juive ultraorthodoxe d’Outremont sont constatés – quasi tous les jours – par les habitants du quartier, et ce malgré la fermeture obligatoire des écoles durant cette période des fêtes. — (Sarah Molkhou, Des écoles juives demeurent ouvertes malgré l'interdiction du gouvernement, radio-canada.ca, 31 décembre 2020)
  4. (Électricité) Montage à deux commutateurs permettant d’allumer et d’éteindre des lampes soit avec l’un, soit avec l’autre.
  5. Petit bac qui sert à traverser une petite rivière, un ruisseau.
  6. (Marine) Cordage établi d’un navire à la terre et qui facilite le passage, les communications entre ces deux points.
    • Un va-et-vient fut envoyé aux deux hommes ; ils reçurent par son intermédiaire, marteaux, masses et ciseaux, ainsi que des sacs de toile qu’ils renvoyaient dès qu’il étaient remplis d’échantillons […]. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
  7. (Mécanique) Organe d’une machine qui va et vient d’un point à un autre.
  8. (Tissage) (Vieilli) Machine qui servait pour le tirage et le dévidage des soies.

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

Montage électrique

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier