veilleuse

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Dérivé de veiller avec le suffixe -euse.

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
veilleuse veilleuses
\vɛ.jøz\

veilleuse \vɛ.jøz\ féminin

  1. Petite lampe que l'on laisse allumée toute la nuit.
    • Je tournai la tête du côté de la muraille ; mais, comme il me fut impossible de m’endormir, deux au trois fois je me retournai, et deux ou trois fois, à la lumière de ma veilleuse, je le vis dans le même fauteuil. — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes - Le Chat, l’huissier et le squelette)
    • Vraiment, ce que nous appelons chez nous le soleil n’est à côté de cela qu’une pâle veilleuse à l’agonie sur la table de nuit d’un malade. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • L’on y voyait à peine, le sanctuaire n’étant éclairé que par des veilleuses pendues au plafond, des veilleuses couleur d’orange sanguine et d’or trouble. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • La veilleuse éclairait Carmen d’une pâle lueur rose. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : La Chanson de Carmen (1882))
  2. (Par extension) (Désuet) Petite mèche enduite de cire, qui brûle dans cette lampe et qui est maintenue sur l’huile par une petite rondelle de carton doublée de liège.
    • Dans un verre posé près de la pendule, une couche d’huile sur de l’eau supporte une rondelle de liège argenté et une courte mèche. C’est la veilleuse. — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, réédition Le Livre de Poche, page 124)
    • Acheter une boîte de veilleuses.
  3. (Par extension) (France) Phare de voiture dit aussi, feu de position.
    • Tu devrais remplacer ta veilleuse avant droite qui est grillée.
  4. Femme qui veille.
  5. Femme - souvent une religieuse - qui veille un mort.
    • Quand, vers quatre heures, je revenais de l’école, je trouvais rassemblées à la cuisine, près de ma grand-mère, trois ou quatre femmes, toujours les mêmes : Octavie, la mère de mon cousin Abel, la servante de la Grande et parfois une vieille aux gestes lents, à la voix douce, que l’on appelait la Veilleuse des morts. — (Marcel Arland, Terre natale, 1938, réédition Le Livre de Poche, page 153)
  6. (Militaire) Celle qui est de garde, de surveillance, spécialement la nuit.
  7. (Par ellipse) (Désuet) Veilleuse de nuit.
  8. (En particulier) Salariée qui effectue de la veille stratégique en entreprise.

DérivésModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier