Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Composé de vendredi et de saint.

Pour les chrétiens, Pâques évoque avant tout le souvenir de Jésus-Christ, mort et ressuscité vers l'an 30. Le dimanche de Pâques suit la semaine sainte au cours de laquelle Jésus a eu son dernier repas avec les apôtres (jeudi saint) avant d'être crucifié le lendemain (Vendredi saint). L'étymologie du Vendredi Saint vient de l'explication de Pâques dans la bible qui aurait été écrite au 6ème siècle.

Locution nominale Modifier

Invariable
vendredi saint
\vɑ̃.dʁə.di.sɛ̃\

vendredi saint \vɑ̃.dʁə.di.sɛ̃\ masculin singulier, invariable

  1. (Christianisme) Le vendredi de la semaine sainte.
    • L’œuf pondu le vendredi saint préservait de la foudre, mangé il garantissait de la fièvre ou de la rage… Notre œuf de Pâques est certainement un dérivé de ces anciennes coutumes vosgiennes. — (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1895 - éd. 1923)

Variantes orthographiquesModifier

  • Vendredi saint
    • Selon le Nouveau Testament, Jésus est mort le Vendredi saint sur la croix. Il est ressuscité le dimanche de Pâques. Puis, quelques jours plus tard, ce fut l'Ascension; il est monté au ciel s'asseoir à la droite de son Père. Il est censé revenir un jour pour nous donner la vie éternelle, ce qui serait vraiment cool, surtout pour les indépendantistes qui rêvent de voir le Québec libre de leur vivant. — (Stéphane Laporte, La Presse, 20 avril 2014)
  • Vendredi-Saint (Vieilli)
    • C'est le 6 avril 1917, le jour du Vendredi-Saint, une semaine avant l’offensive du Chemin des Dames, que le maréchal des logis Clérisse s’envola sur un Sopwith-Clerget […]. — (Jacques Mortane, Missions spéciales, 1933, p. 124)
    • Cette cérémonie portait le nom de colophisation. Au Xe et au XIe siècle, elle était encore en vigueur à Toulouse, mais elle n’avait plus lieu que le Vendredi-Saint. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier