Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XVIIe siècle) Mot dérivé de verrot (« petit ouvrage de verre coloré ») avec le suffixe -erie.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
verroterie verroteries
\vɛ.ʁɔt.ʁi\

verroterie \vɛ.ʁɔt.ʁi\ féminin

  1. Objets en verre de toute sorte et de peu de valeur.
    • Le capitaine les engagea pour ramer dans nos embarcations, promettant de les payer à quatre livres sterling par mois, en coutellerie, verroterie, quincaillerie, etc., évaluées à un taux fixé. — (Dillon, Voyage dans la mer du sud, Revue des deux Mondes, 1830, tome 1)
    • C'étaient de petites bagues avec des verroteries, d'une pauvreté incroyable […] l'une d'elles avait perdu sa verroterie, et c'est sinistre, n'est-ce pas, un chaton vide sur un doigt vivant de femme. — (Montherland, La Petite Infante de Castille, 1929)
    1. (Par extension) Menus objets de verre qui servaient pour le troc avec les peuplades sauvages.
      • On comprend sous la dénomination de conteries, ou celle de verroteries, toutes sortes de perles en verre de différentes formes et nuances, imitant les unes des oeufs de pigeon couleur blanc de lait ; les autres, des grains de corail de toutes grosseurs ; les autres, des perles formant un parallélogramme allongé […] on vend ces verroteries au poids ; on les achète pour le Soudan et le Darfour, contrées où il n'existe aucune sorte de monnaie ; les marchands, tant arabes qu'européens, s'en servent comme moyen d'échange pour l'achat des dents d'éléphant, des cornes de rhinocéros, des plumes d'autruche, etc. — (Moniteur universel, 17 septembre 1860)
  2. Toc, éclat trompeur, tapageur.
    • C'était la mélancolie cossue, la fantaisie distinguée, le néant bien pensant de Mendelssohn. C'était la verroterie et le clinquant de Weber. — (Rolland, J.-Chr., Révolte, 1907)

SynonymesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

RéférencesModifier