Étymologie

modifier
(1759) Du russe верста, versta, apparenté à вертеть, vertet (« tourner ») de même que le latin versus (« mesure agraire valant cent pieds carrés ») est apparenté à verto (« tourner ») ; il s’agit dans un cas comme dans l’autre du fait de retourner la terre - soit la distance qu’il faille parcourir avant de devoir se retourner, soit la surface que l’on peut retourner en une journée[1]. (1607) virst.

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
verste verstes
\vɛʁst\

verste \vɛʁst\ féminin

  1. Mesure itinéraire de Russie, qui vaut 1067 mètres.
    • J’aurais voulu visiter le fameux sanctuaire d’Atesh-Gâh ; mais il est à vingt-deux verstes de la ville, et le temps m’eût manqué. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, chapitre III, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • Le 23, nous arrivons à Medvegegare et descendons, toujours au milieu des gardes rouges. Nous gagnons la campagne et continuons à totaliser ; les verstes sont interminables. — (Jacques Mortane, Missions spéciales, 1933, p. 39)
    • Des centaines de verstes dans la steppe déserte, monotone, brûlée de soleil, ne sauraient vous accabler autant qu’un homme qui s’incruste chez vous pour parler sans fin, et dont on ignore quand il s’en ira. — (Anton Tchekhov, La Maison de la mezzanine, traduction Anne Coldefy-Faucard, Librio 698, 2004, E. J. L.)

Dérivés

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Voir aussi

modifier
  • verste sur l’encyclopédie Wikipédia  

Références

modifier

Forme d’adjectif

modifier

verste \Prononciation ?\

  1. Le superlatif, forme déclinée, de ver.

Prononciation

modifier