vieillard

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De vieil, vieille et du suffixe -ard.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
vieillard vieillards
\vjɛ.jaʁ\
 
Un vieillard dans un tramway (1).

vieillard \vjɛ.jaʁ\ masculin (pour une femme, on dit : vieillarde)

  1. Homme d’un âge avancé.
    • Le vieillard, qui revient vers la source première,
      Entre aux jours éternels et sort des jours changeants ;
      Et l’on voit de la flamme aux yeux des jeunes gens,
      Mais dans l’œil du vieillard on voit de la lumière.
      — (Victor Hugo, Booz endormi, dans La légende des siècles)
    • Nous avons connu des vieillards qui étaient, hélas ! ce que nous ne sommes plus, c’est-à-dire des hommes de bonne compagnie. — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes - Avant-propos)
    • Mais, à la place d’un vaillant général, on ne vit qu’un vieillard à la voix enrouée branlant gâteusement la tête. — (Violaine Vanoyeke, Les Louves du Capitole)
    • Avec beaucoup de tact, ce vieillard, qui savait n’être ni autoritaire ni égoïste, s’efforçait de gagner l’affection de Nazira et de se faire pardonner d’être vieux. — (Out-el-Kouloub, Nazira, dans "Trois contes de l’Amour et de la Mort", Édition Corrêa, 1940)
    • Ici un vieillard tuberculeux tisonnant un poêle et prolongeant son agonie tout en criblant innocemment de ses bacilles les tout petits confiés à sa garde. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • C’est un long vieillard, mince comme un baliveau, un peu courbé par une bonne septantaine d’ans. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Aussi la duchesse avait-elle conservé ces lettres émouvantes, comme certains vieillards ont des gravures obscènes, à cause des éloges hyperboliques donnés à ce qu’elle avait de moins duchesse en elle. — (Honoré de Balzac, Splendeurs et misères des courtisanes, 1838-1847, quatrième partie)
  2. (Au pluriel) Personnes d’un âge avancé, hommes ou femmes.
    • Moi, j’aimerais habiter la montagne, où il y a de grands arbres qui sont plus vieux que les plus anciens des vieillards, […] — (Isabelle Eberhardt, Yasmina, 1902)
    • Les rares villages qu'on traversait étaient quasi déserts. On ne trouvait dans les fermes et les isbas que quelques vieillards, parfois des enfants. — (Georges Blond, L'Agonie de l'Allemagne 1944-1945, Fayard, 1952, p. 18)

SynonymesModifier

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

De vieil avec le suffixe -ard.

Adjectif Modifier

vieillard \Prononciation ?\

  1. Vieux.
    • de son vieillard client.

RéférencesModifier