vieux de la vieille

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIXe siècle) Cette expression fait référence aux grognards, soldats de la garde impériale de Napoléon Ier. L’expression découlait des vieux (soldats) de la vieille (garde). Ce titre autrefois honorifique a été repris dans le langage courant pour désigner les « anciens ».

Locution nominale Modifier

Singulier et pluriel
vieux de la vieille
\vjø d(ə )la vjɛj\

vieux de la vieille \vjø d(ə )la vjɛj\ masculin, singulier et pluriel identiques

  1. (Familier) Personne qui a une grande expérience de quelque chose, qui a vécu quelque chose que les autres n’ont pas vécu, et qui en tire une certaine fierté.
    • Si on ne nous reconnait plus, les vieux de la vieille savent que, quand on était ti-cul, c'était nous les rois de la grève. — (Jonathan Painchaud, « Les vieux chums », sur l’album Qu’on se lève, 2007.)
    • C’est un soldat du premier empire, un vieux de la vieille, comme on dit, un dur-à-cuire, qui a fait toutes les campagnes du Ier Napoléon. — (Marie-Louise Gagneur, Jean Caboche à ses amis paysans, Armand Le Chevalier, 1871, page 28.)
    • Conservateur par tempérament, sans même avoir besoin d’étayer de principes politiques son conservatisme, vieux de la Vieille du Protocole, homme du monde fort goûté dans la bonne société de Washington, il y fit successivement deux brillants mariages, tous deux sans enfants. — (Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux, 1974, collection Folio, page 111)

SynonymesModifier

TraductionsModifier