voire même

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XVIIe siècle) Locution composée de voire et de même, avec voire au sens premier de son étymologie latine (« vrai », « juste »).

Locution adverbiale Modifier

voire même \vwaʁ mɛm\ invariable

  1. (Pléonasme) (Familier) Vraiment même, « voire » signifiant « vraiment » jusqu’au milieu du XIXe siècle.
    • Quand Céline eut achevé sa robe et qu’elle l’essaya, elle s’ébaudit comme une toquée, sauta dans la chambre, se démancha le cou pour se regarder le dos, se trouva une tournure ravissante, voire même un certain chic. — (Joris-Karl Huysmans, Les Sœurs Vatard, 1880 (chapitre XVI))
    • Le texte nous est parvenu en si mauvais état qu’il est souvent très difficile, voire même impossible de deviner ce que l’auteur a voulu dire — (Prosper Mérimée, Lettres de Mérimée à la famille Delessert, 1848 (p. 40))
    • Mais en un temps aussi épique la faveur va à l’orgeat d’un Henry Bordeaux (plate resucée du remarquable Paul Bourget) ou aux Rostand [Eugène et Edmond Rostand] pâles épigones du charmant Banville [Théodore de Banville], voire même à un Zamacoïs [Miguel Zamacoïs] imbécile caricature d’un Rostand. — (Guillaume Apollinaire, Lettre à Madeleine Pagès, 3 août 1915)
    • En fait, à voir la vie que nous menons en ce monde d’aujourd’hui, qui ne la prendrait pour de l’extravagance, voire même pour de la démence ? — (Aristophane, Ploutos, traduction Pascal Thiercy, Bibliothèque de la Pléiade, 1997, vers 501, ISBN 2-07-011385-X)
    • Voire même, apparu au début du XVIIe s., est donc pléonastique. Vaugelas (p. 42) ne le trouvait pas d'un excellent usage, mais ne le condamnait pas cependant. Il est de fait assez fréquent à l'époque. (Grévisse §1042 édition 1988).

TraductionsModifier

Voir aussiModifier