volatiliser

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Verbe dérivé de volatile avec le suffixe -iser → voir voler pour le sens de « dérober ».

Verbe Modifier

volatiliser \vɔ.la.ti.li.ze\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se volatiliser)

  1. (Didactique) Faire évaporer un corps, le transformer en gaz.
    • L’arsenic se volatilise aisément.
    • Mais alors, l’eau volatilisée par une chaleur ardente avait déposé tout le sel qu’elle contenait en suspension. — (Jules Verne, Les Enfants du capitaine Grant, 1846)
  2. (Pronominal) (Figuré) (Familier) Disparaître ; s’enfuir.
    • Les Allemands, qui écrouent Marie de Croÿ le 6 septembre, distribuent à toutes les kommandanturs la description de son frère Reginald, qui s’est volatilisé. — (Jean-Marc Binot, Les Héroïnes de la Grande Guerre, Éditions Fayard, 2008, chap. 9)
    • L'ambivalence et le laxisme des autorités de l'État laïque et de la nouvelle intelligentsia séculière ébranlèrent le sécularisme même. Dès l'instant […] où l'influence européenne diminua, la laïcité déclina et son attrait se volatilisa. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p.97)
    • Et puis un jour, alors que nous étions en cale sèche dans une des Philippines, j'avais vu mon beau bâtiment se volatiliser sous quelques torpilles lancées de plein fouet par une vague d'avions américains ; […]. — (Sylvio Sereno, Latitude 9°-S, Éditions du Faucon Noir, 1956, page 10)
    • Mais oui, Madame (…) Dix billets de mille, hier, volatilisés, soufflés sur la table même du patron. — (Estaunié, Appel route, 1921, page 177)
  3. (Figuré) Faire disparaître.
    • L’époque du « pouvoir des médias » se termine. Ce pouvoir a non seulement été décrédibilisé, il a aussi été volatilisé par l’excès et la banalité de l’offre. — (Bernard Poulet, La fin des journaux et l’avenir de l’information, Gallimard, 2009, page 102)

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier